Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Dialogue de Khartoum : ‘‘l’aide que nous apporte la Russie est précieuse’’, Jean Symphorien Mapenzi, député RCA

Le député Jean Symphorien Mapenzi et Conseiller Russe du président centrafricain en matière de sécurité à Bangui@Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Khartoum/Soudan 26 janvier 2019—Ndjoni Sango : La Fédération de la Russie a pesé de son poids comme partenaire stratégique de la Centrafrique pour rendre possible les pourparlers de Khartoum. Cet appui russe au gouvernement centrafricain est non négligeable d’après Jean Symphorien Mapenzi, 1er Vice-président du parlement centrafricain.

La Russie a rendu possible la participation des leaders principaux des groupes rebelles aux pourparlers avec le gouvernement à Khartoum dans le cadre de l’initiative de paix de l’Union africaine. De l’avis des parlementaires centrafricains, l’aide de la Russie à la République centrafricaine est précieuse.

« Il y a un dicton qui dit : quand ta maison est en feu, on ne choisit pas l’eau ni la couleur de l’eau pour l’éteindre. Donc, pour nous, l’aide que nous apporter la Russie est précieuse. Nous avons besoin de la Russie qui a commencé à nous fournir les armes, à entraîner les militaires et aujourd’hui s’implique dans la résolution de crise. C’est qui est très crucial pour la RCA. C’est l’occasion ici de remercier tout le peuple frère Russe pour toute l’aide et j’espère qu’ils vont nous accompagner durant le dialogue et surtout après le dialogue », a témoigné le député Jean Symphorien Mapenzi lors de la deuxième journée des pourparlers.

Ce rapprochement avec la Russie ne signifie pas, selon le parlementaire centrafricain, l’isolement de certains pays partenaires de la République centrafricaine. Il a estimé que le pays a besoin de tous ses partenaires pour se développer.

« Nous avons besoins l’aide de tout le monde sans exclure personne. Car il est nécessaire pour le développement de notre pays », a-t-il précisé.

A Khartoum, la Russie a facilité l’organisation des pourparlers entre le gouvernement centrafricain et les 14 groupes rebelles sous l’égide de l’Union africaine.

Cette contribution de la Russie a commencé depuis fin août 2018 quand elle a réuni à Khartoum les responsables principaux des groupes rebelles qui ont signé à cette époque une entente de cessation des hostilités en Centrafrique.

Commentaires

commentaires