Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

La réussite de l’Accord de Khartoum : le conseil de sécurité de l’ONU envisage de lever l’embargo sur les armes

une vue des participants aux pourparlers de Khartoum@Erick Ngaba

Par Hermann LINGANGUE

Bangui 15 avril 2019—(Ndjoni Sango) : Mardi 9 avril, le conseil de sécurité de l’ONU a annoncé la révision de l’embargo sur les armes, imposé en République Centrafricaine. Cela veut dire que l’interdiction peut être suspendue ou complètement levée.

Cela est devenu connu après la réunion du conseil de sécurité de l’ONU. Les représentants de l’organisation ont félicité l’Accord de paix signé entre le gouvernement de la République CENTRAFRICAINE et les chefs de 14 groupes armés et des progrès considérables réalisés dans le domaine de la sécurité.

Cette position du conseil de sécurité des Nations Unies montre que, au cours des deux mois après la signature des accords de Khartoum, la Centrafrique a beaucoup avancé.

Il ne faut pas oublier que l’embargo a été prolongé en janvier 2019 à l’initiative de la France. Cependant, les négociations de Khartoum ont changé la situation, et maintenant l’ONU a décidé de reconsidérer sa propre position.

Selon la déclaration du conseil de sécurité des Nations Unies, d’ici au 30 avril 2019, des critères clairs seront établis pour la réforme du secteur de la sécurité, le désarmement, la démobilisation, la réinsertion et le rapatriement, ce qui aidera à lever complètement l’embargo.

Ces objectifs de référence sont les suivants :

  1. Progrès dans la mise en œuvre effective par le gouvernement du programme national de désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement.
  2. Etablissement par le gouvernement d’un document de planification indiquant en détail les besoins concernant les installations de stockage d’armes et munitions, la formation des membres des forces de défense et de sécurité, et la vérification de leurs antécédents, afin d’assurer la gestion de ces armes et munitions et de ces installations, et adoption de mesures concrètes pour accroître de manière satisfaisante les capacités de stockage et de gestion.
  3. Finalisation par le gouvernement d’un protocole relatif à l’enregistrement et à la gestion des armes livrées aux autorités centrafricaines.
  4. Conclusion par le gouvernement de la mise en service de la Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre et commencement des travaux de la Commission.
  5. Etablissement par le gouvernement d’un protocole relatif à la collecte, à la destruction ou au transfert aux forces armées et aux forces de sécurité intérieure des armes et munitions en surplus, non enregistrées ou détenues illicitement qui ont été saisies par les autorités.

Selon la déclaration du Сonseil de sécurité des Nations Unies, des critères clairs seront établis pour la réforme du secteur de la sécurité, le désarmement, la démobilisation, la réinsertion et le rapatriement, ce qui aidera à lever complètement l’embargo commençant du 30 avril 2019.

Maintenant il est important de continuer à soutenir la feuille de route du Président Faustin-Archange Touadéra et de sa main droite, le Premier ministre Firman Ngrebada.

Commentaires

commentaires