Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : « Les régimes qui se sont succédé depuis l’indépendance n’ont fait que détruire notre pays » dixit Dominique Yadocka du mouvement ITA

Dominique Yandocka, leader du mouvement ITA@Erick Ngaba

Par Hermann LINGANGUE

Bangui 12 mai 2018 (Ndjoni Sango): La classe politique centrafricaine ne cesse de accroître. Le Mouvement Politique dénommé Initiative pour la Transformation par l’Action, familièrement appelé (ITA) vient de naitre, justifiant sa naissance par un manque cruel de vision politique de développement, depuis soixante ans avec une gestion clanique, tribale et prédatrice des régimes, selon son président Dominique Yandocka.

La situation sociopolitique et économique de la République Centrafricaine interpelle les Centrafricains sur la vision politique devant permettre la sortie définitive de ce pays du cycle infernal de conflit.

Le mouvement ITA, ayant pour devise, Fraternité-Volonté-Prospérité a été ainsi créé en décembre 2017. Ce nouveau mouvement politique d’obédience progressiste, regroupe des jeunes leaders des états major des partis de la République Centrafricaine. Pour justifier la création de ce mouvement politique, le président de ITA se base sur la gouvernance dans le pays.

« Le pays est livré depuis plusieurs décennies, aux hommes et femmes soi-disant politiques, souvent peu qualifiés, incompétents, véreux, cupides et corrompus qui défendent des intérêts plutôt claniques que nationaux. Ces gens confondent les biens publics et leur propre patrimoine. Des assoiffés de pouvoir qui veulent coûte que coûte maintenir leur mainmise sur des populations exsangues, fatiguées d’être torturées par ceux-là mêmes qui ont la charge de leur apporter une vie meilleure », a déclaré Dominique Yandocka, Président de ITA, lors de la présentation de ce mouvement politique à la communauté centrafricaine de France.

Pour le mouvement ITA, il faut le reconnaître que de 1958 à 2018, soixante ans écoulés, la Républicaine centrafricaine n’a pas bougé du fait des belles promesses transformées en cauchemars et en chimères. Et que l’on assiste depuis soixante ans à une gestion clanique, tribale et prédatrice des régimes.

« Les centrafricains qui, dans leur grande majorité ont accordé leur suffrage à ceux qu’ils ont désignés pour diriger leur pays, ne cessent de mordre la poussière. Les régimes qui se sont succédé en Centrafrique depuis l’indépendance n’ont fait que détruire notre pays », renchérit le président du mouvement.

Le mouvement ITA relève que, consciemment ou inconsciemment, les autorités du pays ont mis en en place une politique d’exclusion des élites, de ceux qui sont aptes à impulser un nouveau modèle socio-économique, politique ou culturel.

De l’avis de l’initiateur du parti ITA, il fallait créer un électrochoc en s’appuyant sur une ressource de rajeunissement, du renouvellement de la classe politique qui a une autre idée de la République.

Au cœur de ses activités, le mouvement ITA Pa plusieurs chantiers à mettre en œuvre. Il s’agit de la sécurité, la santé, l’éducation et la formation, l’agriculture et l’élevage, l’énergie, les mines, et le désenclavement du pays.

Commentaires

commentaires