Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA : ARECA, un parti politique de la diaspora fait son apparition

Les leaders de l’ARECA en conférence de presse à Bangui

Par Fiacre SALABE

Bangui 2 avril 2019— (Ndjoni Sango): L’Alliance pour la renaissance et l’émergence du Centrafrique (ARECA), telle est la dénomination de cette nouvelle formation politique qui s’est greffée sur l’échiquier politique centrafricain en faisant sa sortie officielle ce lundi 29 juillet 2019 devant nombre des leaders politiques. Ce nouveau parti à courant idéologique ni, gauchiste, ni centriste voire de droite s’engage d’ores et déjà à enclencher les actions visant l’essor économique du pays gage d’un développement durable pour le bien être social des centrafricain de tout bord.

L’ARECA, est l’émanation d’une longue réflexion des centrafricains de la diaspora, dans l’optique d’unifier leurs efforts avec ceux du pays pour faire bouger les lignes des choses à travers le développement des projets afin de booster l’économie. Parmi nombre de projets présentés aux autorités centrafricaines demeurant jusqu’alors lettre morte, l’on trouve la mise en place d’un fonds d’investissement y compris la création d’un centre de gestion agréé.

« Depuis plus de dix ans aujourd’hui, j’ai emmené et présenté plus d’une dizaine de projets au gouvernement centrafricain dont aucun d’entre ce projets n’a été mis en œuvre jusque là. Mais je puis vous rassurer que ce centre de gestion agréé dont nous comptons mettre en place bientôt va devoir prendre en compte toutes les questions sensibles liées à l’émergence à la fois des jeunes des femmes y compris des retraités centrafricains. Nous de la diaspora joints aux compatriotes centrafricains qui sont au niveau national allons mutualiser nos efforts sur tous les pans du développement ceci, dans l’intérêt de notre pays. » A expliqué l’expert comptable et commissaire auprès du FAGACE Bertrand Kémba, le président fondateur de l’ARECA dans son discours liminaire lors de la sortie officielle dudit parti.

EN tant que politique, le président de l’ARECA Bertrand Kémba s’est également prononcé sur question de la corruption qui gangrène en ce moment le parlement centrafricain concernant l’affaire pot de vin pour la facilitation d’octroi de permis d’exploitation de l’or par certaines entreprises chinoises dans la localité de Bozoum.

« Je pense que sur cette question de corruption au sein de l’Assemblée nationale actuellement, j’ai pu discuter avec certaines personnalités ailleurs qui pensent aussi que cette crise est liée au fait que notre pays dispose d’une institution parlementaire qui est faible. Donc il va falloir que les élus de la nation puissent dépraver leur manière d’aborder les questions liées à la vie de toute une nation, en mettant au centre de leur préoccupation l’intérêt général du pays. C’est ce à quoi il s’agit. » A ajouté Bertrand Kémba président de l’ARECA.

Selon le leader de l’ARECA Bertrand Kémba, beaucoup de dérapages ont été constatés dans les actions des gouvernants centrafricains c’est ainsi que leur parti s’est proposé d’ores et déjà d’entreprendre les choses autrement afin d’éviter de tomber dans les erreurs des autres qui n’ont pas songé à mettre en avant, l’intérêt suprême du peuple souverain.

Tout porte à croire que ce nouveau parti encore réticent sur la question des prochaines échéances électorales, se doit de tout faire pour concrétiser ses promesses de la mise en œuvre de certains projets phares brandis pendant sa sortie officielle, afin de ne pas être pris aux mots au moment opportun.

Commentaires

commentaires