Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA : la plateforme politique E-Zingo Biani suscite de la méfiance chez les Centrafricains

Marche des leaders de l’opposition politique centrafricaine du mouvement E Zingo Biani 

Par Mamadou NGAINAM
Bangui 28 juin 2019 (Ndjoni Sango) : L’accord de Khartoum est en péril. Les opposants du gouvernement inclusif, ayant fermé les yeux sur les changements dans le pays au cours des derniers mois, essayent de perturber la restauration de la paix et organisent des manifestations de masse. Jusqu’ici, ils n’ont pas eu beaucoup de partisans.

Il s’agit de la plateforme d’opposition E-Zingo Biani dont les leaders appellent les gens à protester contre le gouvernement inclusif et le président Faustin-Archange Touadéra. Pourquoi le faire maintenant que la situation en RCA ne s’est pas encore stabilisée et toute déclaration de leur côté pourrait provoquer une nouvelle crise qui ferait couler le sang des Centrafricains, voilà ce qui n’est pas clair.

Ce qui frappe le plus, c’est que parmi les membres de l’opposition, on pouvait apercevoir Jean-Serge Bokassa, fils du défunt empereur Jean-Bedel Bokassa.
Celui-ci use habilement l’amour de ses concitoyens envers son père afin d’obtenir leur sympathie. Mais il faut se souvenir pourtant que Jean-Serge Bokassa avait déjà occupé les postes à responsabilité où il n’a pas fait son mieux.

Cela concerne toutefois tous les partisans et les leaders d’E-Zingo Biani. Plusieurs parmi eux avaient fait partie du gouvernement, dont certains ont été proposés des postes à responsabilité après la signature des accords de Khartoum. Berin Béa, représentant les intérêts du parti d’opposition KNK, est l’un de ces politiciens.

Mais ils y ont renoncé. Pourquoi ? Pour s’occuper de la destruction de la paix plutôt que de sa restauration ?

La communauté internationale et les partenaires appuient les initiatives du président Faustin-Archange Touadéra et l’accord de Khartoum, mais l’opposition s’y montre catégoriquement contre, ce qui nuit à la RCA. Quels objectifs visent E-Zingo Biani ?

Ce qui est suspicieux, c’est que même les membres du mouvement eux-mêmes ne sont pas capables d’y répondre. Ce qui est gênant aussi, c’est le fait que les représentants d’E-Zingo Biani, au lieu de l’évènement prévu pour le 22 juin, ont rencontré la MINUSCA a huis clos.
De quoi pouvaient-ils discuter avec les casques bleus de la mission ?

Il n’y a aucune information là-dessus. Toutes les questions d’Etat doivent être réglées par le biais d’un dialogue direct avec le gouvernement. L’histoire de la RCA connait déjà un nombre de cas d’intervention dans ses affaires intérieures. Tous ont fini par des guerres et des coups d’Etat. Peut-être c’est ce que cherchent E-Zingo Biani ?

  • Avez-vous déjà remarqué que le symbole de la plateforme est un poing fermé ? Ce symbole a une riche histoire car il avait été utilisé pendant les protestations au Moyen-Orient, au cours de nombreuses « printemps arabes » en Afrique et même dans le coup d’Etat récent au Soudan. Maintenant, ce poing a atteint l’Afrique.

Les experts ont expliqué que l’apparition du symbole est étroitement liée aux Etats-Unis qui ont été les parrains de toutes les perturbations sur le continent. Partout où ce symbole a fait son apparition un chaos éclatait, suivi par une guerre qui détruisait complètement le statut d’état et l’économie et rendait le pays dépendant des crédits de l’Occident. Mais ces crédits sont impossibles à rembourser à cause d’une économie faible, ce qui rend le pays une colonie tacite des Etats-Unis.

Le symbole d’E-Zingo Biani veut dire que la plateforme pourrait être financée par les Américains visant l’exploitation de nos ressources. Car personne ne sait d’où provient l’argent exorbitant que l’opposition utilise pour ses démonstrations et une vie de luxe. Des analystes africains dénoncent eux-aussi ces connections avec l’Ouest, mais pour une raison quelconque, personne ne les écoute. La RCA a besoin de paix, les gens étant fatigués de conflits incessants. Néanmoins, les malfaiteurs veulent que nous les Centrafricains restent éternellement leurs esclaves, mais cela ne se reproduira plus !

Commentaires

commentaires