Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: quand la Synergie Centrafrique parle du leader de l’URCA, Anicet-Georges Dologuélé

Par Mamdou NGAÏNAM

Les membres du bureau de Synergie Centrafricaine en conférence de presse
Les membres du bureau de Synergie Centrafricaine en conférence de presse dans le 8è arrdt de Bangui@photo Erick Ngaba

Bangui 7 septembre 2019—(Ndjoni Sango) : Le 31 aout, Sall Karim Séda, fondateur de Synergie Centrafrique, Euloge Doctrouvé Koï, son attaché de presse, et Simplice Ouloufi, président du mouvement, ont tenu une conférence de presse à Bangui. L’objectif vise à informer la population sur de nombreuses infractions politiques et financières commises par le leader de l’URCA, Anicet-Georges Dologuélé.

Simplice Ouloufi a déclaré que les accusations contre Dologuélé sont établies sur les articles dans des médias nationaux et internationaux ainsi que sur des éléments connus faisant preuve de sa culpabilité. Les membres de Synergie Centrafrique remarquent que Dologuélé n’a pas de droit de gouverner le destin de la Nation centrafricaine et d’occuper les postes dans les services d’Etat.

En retraçant le parcours universitaire et politique de Dologuélé, à la BEAC, dans le gouvernement, à la primature sous le régime de l’ex président Ange-Félix Patassé et à la BDEAC, les membres de Synergie Centrafrique ont découvert qu’il était lié à la mafia et aux meurtres des personnalités politiques et militaires de haut niveau, qu’il s’offrait illégalement des contrats d’Etat importants et touchait des rétro-commissions de 10% sur les marchés attribués, y compris dans le cadre de l’affaire de Zongo Oil.

« Comment comprendre qu’un aspirant à la fonction présidentielle puisse commencer par saborder lui-même les textes statutaires de son propre parti politique ? Qu’en serait-il de la Constitution centrafricaine si jamais il venait à être porté au pouvoir ? » s’exclament les membres de Synergie Centrafrique.

Sall Karim Séda, Euloge Doctrouvé Koï et Simplice Ouloufi ont précisé que Dologuélé n’est devenu riche que grâce aux activités criminelles et à une corruption démesurée.

Aujourd’hui, il a besoin de l’URCA pour faire avancer ses intérêts politiques, d’après les membres de Synergie Centrafrique qui ont appelé la population à rester prudente quant aux déclarations de Anicet Georges Dologuélé, chef de fil de l’opposition centrafricaine.

Commentaires

commentaires