Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: que justifie la base de l’armée française à Mpoko à Bangui?

French soldiers from the Sangaris operation 

Par Hermann LINGANGUE

Bangui 14 mars 2019–(Ndjoni Sango): Tout le monde sait que le contingent de la MINUSCA se trouve sur le territoire de la République Centrafricaine, mais moins nombreux sont ce qui connaissent à propos de la base française situé à Mpoko. Elle fonctionne en RCA depuis les années 60, mais aujourd’hui il y en a plus la nécessité. Alors que font les Français là-bas si les opérations Boali et Sangaris sont finit il y a déjà longtemps ?

Selon les derniers événements, ça devient assez évident.
L’objectif principal de l’opération Sangaris qui a été lancé en 2013 et a pris place de l’opération Boali était d’assurer les élections pertinentes en 2016, ainsi que créer une sorte d’opposition aux groupes armés et les désarmer complètement.

En octobre 2016 l’opération a pris fin, mais la base militaire continue de fonctionner, quant aux les résultats de leur travail fait il reste beaucoup de doutes : les groupes armés continuaient les actions militaires jusqu’au moment où la Russie s’est impliqué.

Aujourd’hui il est évident qu’il n’était pas du tout question d’un désarmement. En 2013 le Conseil sécuritaire de l’ONU à imposer un embargo sur la livraison d’armes à la République Centrafricaine.

Depuis, la France a, effectivement, reçu un monopole sur la livraison d’armes en RCA, car ils ont leur base militaire sur le terrain à disposition.

Mpoko – un endroit entourée de mystère. Mais il n’est pas trop dur de comprendre que c’est ici que voient le jour les campagnes médiatiques françaises, visée, d’entre autres, de discréditer les autorités de la RCA et ses alliés. Bien sûr que la majorité des éléments qui était présent jusqu’au octobre 2016 est maintenant partis, mais il reste encore près de 300 éléments déployé a Mpoko qui sont occupés par autre choses que le développement de la région.

Car cette base se trouve près de l’aéroport, les Français ont la possibilité de livrer tout ce qu’ils veulent, à compter les drogues et les armes. Alors il n’est pas dur à deviner d’où les éléments de la MINUSCA prennent les armes qu’ils vendent au bandits du KM5.

Malheureusement, c’est ne sont pas les seuls choses pour lesquels la base militaire de Mpoko est connue. En ce moment les militaires qui y restes sont chargé de préparer le terrain pour monter le pays au créneau, ainsi que par d’autres activités de subversions. Ça veut dire que c’est l’endroit où sont créé ces intox qui sont ensuite publiés dans les médias pro-français.

Les gens qui travaillent sur cette base sont aussi occupés par la corruption des habitants pour dénigrer la réputation de qui que ce soit, même d’un pays.

Un bon exemple est l’histoire avec Mahamout Nour Mamadou âgé de 38 ans, qui s’est fait « le doigt coupé » et torturé par des instructeurs russes à Bambari. Divers médias « respectés » et même des politiciens français se sont prononcé sur ce sujet.

Mais, plus tard, Mamadou a lui-même décidé d’avouer qu’il était soudoyé, et il a perdu son doigt lors des combats. Et d’où, pensez-vous, sont venus les français qui lui ont proposé cette affaire ? Exactement, de Mpoko.

Ce qui est intéressant, c’est que, même après la révélation de Mamadou, certains politiciens de la France, dont la Ministre des armées Florance Parly, continuaient de raconter du n’importe quoi sur le sujet des « tortures par les instructeurs russes ».

L’ONU, de sa part, a décidé de ne pas commenter cette information du tout. Et c’est chaque fois la même chose avec les intox de l’Occident, qui sont chaque fois dénoncés dans quelque temps.

Et si nombreux ne se souviennent pas de cette base, car elle fonctionne plutôt d’une façon véreuse, au temps de l’opération Sangaris des choses affreuses se passaient ici.

Les Français se sont habitué que tous ce qu’ils font en Afrique reste impuni, alors ils ont même commis des viols des enfants de 8-11 ans. Cela est même noté dans les rapports de l’ONU ou il est dit d’une enquête de ces crimes.

Entre outre plus de 100 mineurs sont devenus victimes de ces actes.
Il y a même un cas exceptionnel lié à un chef militaire français, qui a ordonné à ces hommes de lui amener 4 jeune filles au camp.

Ensuite ils les ont déshabillés, ficelés et les ont forcés à des actes sexuels avec des chiens. Est-ce que quelqu’un a été punis pour ces actes odieux ? Bien sûr que non.

Commentaires

commentaires