Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA : Qui est derrière la nouvelle rébellion PRNC de Nour Gregaza?

Nour Gregaza, leader de la nouvelle rébellion PRNC

Par Mamadou NGAÎNAM
Bangui 4 juin 2019–(Ndjoni Sango): En Centrafrique, des rébellions s’éteignent , d’autres se créent, en dépit de multiples accords signés dont celui du 6 février 2019 devant mettre fin aux conflits armés. A peine a-t-on commencé à mettre en œuvre l’Accord de Khartoum signé le 6 février dernier, qu’une nouvelle rébellion se crée pour déstabiliser la République centrafricaine.

Le 28 mai dernier, une déclaration signée à Tiringoulou, sous-préfecture de Bamingui-Bangoran, par Issa Issaka Aubin, bandit de grand chemin, ancien directeur de sécurité de Michel Djotodja en 2013, annonce en substance la nouvelle de cette rébellion par le jeu d’un ralliement d’éléments sous les ordres d’un certain Nourd Gregaza.
Le Parti du Rassemblement de la nation centrafricaine (PRNC), c’est le nom de cette nouvelle entreprise de sang et de malheur qui est le fruit de la cogitation de ce Nour Gregaza, de son vrai nom Mahamat Nour Nizan, un homme au passé criminel qui se tente ainsi visiblement dans une aventure à l’issue a priori incertaine.

Selon noss investigations, Mahamat Nour Nizan ou Nourd Gregaza, est fils d’un ancien gendarme centrafricain du nom de Nourredine Nizan, décédé, Goula de Ndélé. Nourredine Nizan est réputé être un braqueur et criminel qui aurait tué un Marocain en France. Crime pour lequel il a été emprisonné à Montpellier. Il a dû obtenir sa sortie pour le fait de s’être marié à une fille de Jean Yves Le Drian du nom de Sarah, et sera rapatrié en Centrafrique via le Tchad.

Jean Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des affaires étrangères en fonction, qui connait très bien la RCA pour s’être impliqué en bien ou en mal dans la crise en cours dans ce pays, en voulant sauver son gendre sous la pression de sa fille Sarah, aurait négocié avec les autorités pénitentiaires de Montpellier à une seule condition : que monsieur Mahamat Nour alias Nour Gregaza puisse être immédiatement bouté hors du sacré territoire français qui a horreur des terroristes et autres criminels de tout acabit ayant partout en RCA le champ libre, un exutoire à eux commode.

De là, à supposer un lien avec l’aventure dangereuse qu’il a ainsi créée à Tiringoulou et qui est mal perçue par la population à Ndélé (la capitale), c’est-à-dire une rébellion du nom PRNC, emportant avec lui quelques mécontents de l’ex Séléka et tout l’état-major du groupe armé de Djono Ahaba, on peut nettement subodorer la main sombre de Paris qui pousse derrière.

La DGSE (service secret français) ne peut pas prétendre ignorer Issa Issaka Aubin. D’après nos sources, les services secrets français auraient mis à la disposition du gendre de JYD, discrètement, une société de sécurité française du nom GALICE Sécurité, dirigée par M. Frédéric Gallouis, ancien chef d’antenne de la DGSE à Ndjamena au Tchad pour l’encadrement militaire des hommes du PRNC dirigé par Issa Issaka comme étant le chef d’état-major.

La logistique (armes et munitions) devrait être livrée par le service secret tchadien, l’Agence nationale de sécurité (ANS). A quel but ?

A quel but déstabiliser la RCA du moment qu’un accord accordant d’importantes concessions aux groupes armés et ouvrant d’autres créneaux pour la prise en compte d’autres préoccupations connexes a été trouvé et que les signataires sont à pied d’œuvre, presque quatre mois après, pour sa mise en œuvre. C’est ici que l’on peut voir et percevoir les véritables ennemis de la RCA.

Mais voilà, en tout cas, qui confirme que les Occidentaux jouent et manipulent les rébellions et autres terroristes à travers le monde pour troubler des quiétudes aux fins de préserver leurs intérêts à eux ! Comme on peut le voir en Syrie ou en Libye, après l’Iraq et d’ici demain l’Iran. Les Centrafricains sont-ils des sous-hommes qui ne valent rien que le mépris ?

Ce mépris qui a commencé avant (en chassant Bozizé du pouvoir malgré ses péchés à la limite pardonnables), pendant et encore après l’avènement de la Séléka : Si la France n’avait pas retiré la Sangaris prématurément, et si encore elle ne s’était pas obstinée dans son refus catégorique de répondre favorablement aux supplications des pauvres Centrafricains malmenés par des hordes de mercenaires étrangers et ne sachant vers quel saint se tourner, que les autorités centrafricaines n’en seraient pas résolues à faire appel ultime à un nouveau partenaire, en l’occurrence la Russie, objet de toutes les manœuvres déstabilisatrices en cours malgré maints efforts et tous les cadeaux accordés aux groupes armés pour sortir de cet enfer.

Et pourtant, malgré toutes les manœuvres contrariantes à la dynamique de paix et de réconciliation, les autorités centrafricaines se taisent et étouffent des faits évidents de déstabilisation qu’elles voient, impliquant la France et le Tchad, au grand malheur de leur population qui continue de se faire tuer. Et pourtant ces manœuvres déstabilisatrices continuent, comme si le sang n’avait pas assez coulé, alors que toute logique mathématique mise à contribution, il est impossible pour les autorités centrafricaines de faire marche-arrière en reconsidérant les engagements dans le cadre des relations fructueuses qu’elles ont pris vis-à-vis de la Russie.

Toute bonne démarche, on se demande quand est-ce que les responsables français qui contrôlent et manipulent l’Afrique en viendront à prendre conscience qu’il faut négocier ou discuter avec la Russie que l’opinion française considère déjà en amont comme un « mauvais ennemi » de la France. Enfin il y a une question qui s’impose en fin de compte : les Français sont-ils disposés à faire la guerre aux Russes en RCA ou à autour de la RCA ? –Mais pour quel intérêt aussi important que caché ?

Quant à Nour Gregaza ou Mahamat Nour Nizan, ce criminel mais rebelle de la vingt-cinquième heure, il est temps pour lui de comprendre qu’aucun Centrafricain, y compris de tous ceux qui ont pris les armes jusque-là, n’est prêt à soutenir et applaudir un nouvel « homme fort ».

Ce temps-là est révolu. L’important pour lui serait de profiter de sa sortie de l’une de ses impitoyables prisons françaises pour se revigorer aux intarissables rayons solaires de son Afrique centrale qui lui a manqué durant un bon moment. Cette aventure là est désespérée.

Commentaires

commentaires