Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Cuba: Un élève médecin Centrafricain, Mack-Allan Gbayanguele, remporte le prix Fidel Castro

          Mack-Allan Gbayanguele, élève médecin au Cuba

Interview:

Par Erick NGABA

Bangui-Havane 18 mars 2018 (Ndjoni Sango) : Récemment, le public a suivi de près, la victorieuse dévotion d´un jeune étudiant-Médecin centrafricain au sein de la République Socialiste de Cuba, malgré la difficile situation boursière avec laquelle il étudie. Aujourd´hui, la Rédaction web de Ndjoni Sango s’est entretenue avec Mack-Allan Gbayanguele qui a remporté le prix Fidel Castro Ruz. Dans cet entretien, il décrit les conditions dans lesquelles il étudie au Cuba, et appelle le gouvernement centrafricain au soutien.

Ndjoni Sango (NS): Mack-Allan Gbayanguele, vous êtes aujourd’hui en échange direct avec la rédaction web Ndjoni Sango. Recevez nos salutations et félicitations

Mack-Allan GBAYANGUELE : De tout cœur merci, je vous retourne en toute mutualité.

Ndjoni Sango : Cuba est un pays connu pour la Révolution, l´Embargo et la Médecine, comment avez-vous pu vous adapter à ce système socialiste que beaucoup étudient en histoire?

Effectivement vous avez raison, puisqu´une chose est la théorie et l´autre est la pratique. Nous avions tous reçu ces cours d´histoire en classe de 3e du socialisme et les révolutions du 19e siècle.  La révolution, est la base du développement de ce pays, de mon point de vu. L´embargo a tout le long de ces 57ans servit comme un pont qui a favorisé aujourd´hui Cuba de se faire place dans les premières lignes mondiales, comme vous venez de dire, La Médecine, mais aussi le sport, la production du tabac, du rhum, la culture et le tourisme.

Ndjoni Sango : Vous pouvez nous éclaircir?

Simplement, il faut voir comment ils se sont adaptés, comment affronter et vaincre tous les changements qui ont pour but de faire chuter la révolution, depuis 59 ans aujourd´hui. C´est vrai que l´embargo cause un véritable handicap et limite le champ du développement, mais ils ont su créer des mécanismes propres comme le Colonel Kadhafi faisait pour donner une image aux Libyens à l´époque, mais la différence est qu´ici Il n’y a pas de ressources naturelles, alors ils se sont basés sur les ressources humaines pour compenser la carence. Voilà le résultat aujourd’hui que les Cubains sont partout et dans tous les domaines, bien sûr en premier lieu, la Santé.

Ndjoni Sango : Cela dit, la révolution fait 57ans et l’embargo fait 59ans?

La révolution cubaine a triomphé en 1959 et l´embargo a entré en vigueur en 1961.

 Ndjoni Sango : Quel est votre aperçu du système sanitaire centrafricain?

Ça fait aujourd’hui 5 ans que notre pays vit la page sanglante de son histoire, tout est une nécessité, mais ce que personne ne dit, la réalité est que la RCA se trouve dans une émergence sanitaire ! ce qui veut dire qu´il manque de programmes d´actions, de moyens et infrastructures ainsi de personnels. Mais la sécurité est l´objectif principal du Gouvernement, alors jusqu´à ce que nous parviendrons à une solution, imaginez la suite.

C´est pour cette raison que j´ai commencé il y a un mois, à lancer un appel fort au Gouvernement d´assister ici du 23-27 Avril à la rencontre de la santé universelle, une occasion pour nouer de relations et solliciter de coopération dans ce domaine, en attendant que notre situation tende vers la normalisation, il n´est pas un secret que la RCA nécessité d´un appuis très très capital dans le secteur sanitaire.

Ndjoni Sango : Donc, vous pensez d´une positivité pour l´actuel gouvernement centrafricain?

Oui, certes que la stabilité est le moteur du développement, mais vous n´ignorez pas que le régime actuel a hérité un pays en pleine crise, où tout est une nécessité, mais il avait eu la rencontre de Bruxelles de Novembre 2016, seulement il faut que les projets et financements aboutissent à la concrétisation. Egalement, on sait que l´actuel Ministre en charge de la santé publique est un haut cadre qui a servi dans les Organisations Internationales, nous comptons et attendons de sa part de l’amelioration, si les moyens y sont disposés.

Ndjoni Sango : Finalement, votre situation boursière est-elle régularisée?

(Rire) je venais de vous le dire, tout est nécessité, donc nous sommes encore patients jusqu´à ce moment en attente. Mais nous exigeons le paiement d´un semestre, puisque demandé liquider une année complète actuellement, serait vaine, pour ce fait, nous demandons juste un semestre.

Ndjoni Sango: Et de ce qui est de votre grand prix Fidel Castro Ruz?

(Rire) Les cubains sont des hommes qui accomplissent leurs paroles, je vais joindre de ma part l´acte à mes dires, comme promis, je ramènerai ce grand prix en RCA, un accord aura lieu pour définir où sera exposé cette effigie! C´est grâce à ce grand homme qu´aujourd´hui milliers de jeunes comme moi sont ici pour diverses formations et aussi par son optimisme que le Cuba bat le grand record mondial aujourd´hui, donc son image sera un souvenir historique pour les Centrafricains. Une chose que peu de personnes le savent, c´est le 13 Aout, date que Cubains comme Centrafricains célèbrent d´un côté la naissance d´un leader et de l´autre l´indépendance.

Ndjoni Sango : Mack-Allan est en ce moment, un modèle à suivre pour ses compatriotes Centrafricains. Et aujourd´hui, vous êtes presque au terme de votre formation, quel est votre message?

Ouf, le chemin est encore long à parcourir aussi pour moi. Pour mes frères et sœur, tant au pays qu´ailleurs, je vous encourage à tenir bon, ne baissez jamais les bras, ce que j´ai eu comme conseil d´un grand homme à qui je rends hommage. Au gouvernement centrafricain, j´insiste sur la présence d´une délégation a cette prochaine rencontredd´Avril et la liquidation des bourses et d´encourager vraiment ces vaillants fils du pays qui se trouvent à Cuba.

La RCA a besoin de nous tous, notre pays sera comme l´Afrique du Sud, lorsque nous décidons tous d´y contribuer à son développement, en nous formant, en faisant de succès partout où nous sommes. Je présente encore mes vœux les plus sincères de cette année en cours, à tous les Centrafricains de tous les coins du monde. Mes félicitations et encouragements à mes confrères étudiants-Médecins à la Faccs de Bangui et une grande pensée pour le conseil des Médecins Centrafricains.

Ndjoni Sango : Merci et du courage !

C´est à-moi de vous remercier, ce fut un grand plaisir.

Interview réalisée par Erick NGABA

Commentaires

commentaires