Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA : Le ministre de la santé dénonce les ventes illicites des médicaments dans certains hôpitaux

Remise d’un don de produits sanitaires au ministère de la santé

Par Fiacre SALABE

Bangui 7 Août 2019— (Ndjoni Sango): Le ministre de la santé publique, Docteur Pierre Somsé, a dans une déclaration faite le weekend dernier, dénoncé les ventes illicites des médicaments par les agents et responsables de certains hôpitaux. Des médicaments pour la lutte contre des épidémies sont gratuits dans le cadre du programme d’urgence de gratuité de soins.

Le ministre pointe du doigt les hôpitaux tels que hôpital communautaire, hôpital de l’amitié, de Berberati, de Boda, de Carnot, et les centres de santé de Gobongo, des Castors, du Km5 et du camp Fidèle Obrou selon un rapport des experts de son département.

D’après lui, plusieurs rapports lui sont parvenus faisant état de la vente des médicaments de manière illicite par les agents et responsables de certains hôpitaux de la place. Le ministre Pierre Somsé n’est pas passé par quatre chemins pour mettre en garde les agents de la santé qui se livrent à ces pratiques de vente illégale des médicaments destinés aux femmes enceintes, aux enfants de moins de cinq ans y compris les personnes vivant au VIH/SIDA, au paludisme, et à la tuberculose.

« Les présumés auteurs qui se livrent à cette pratique s’opposent au plan d’action du gouvernement qui voudrait faire de la santé publique sa priorité. En avril 2019, le gouvernement a lancé à Pissa les domaines d’impulsion pour accélérer la couverture sanitaire universelle, afin de réduire la  mortalité maternelle et infantile. Mais force est de constater que ce programme voulu par le chef de l’Etat et appuyé par l’ensemble du gouvernement n’est pas suivi par certains agents de la santé qui continuent de vendre les médicaments aux ayants droits», a déclaré le ministre de la santé Pierre Somsé.

Il n’a pas hésité d’attirer l’attention que des sanctions seront infligées à ceux qui courent le risque de se livrer à ces types de pratique.

« Je tiens à rappeler que les auteurs de ces pratiques contraires à la vision du gouvernement ne resterons pas impunis. Je viens au nom du gouvernement exprimer ma désapprobation face à cette situation inacceptable et cruelle car ces derniers privent la population des soins auxquels elle a besoin. Les agents de la santé coupables de cette malversation seront punis conformément à la loi. Des sanctions de dernière rigueur leur seront infligées parce qu’il s’agit de la vie de la population», a-t-il martelé.

Il est à noter que depuis le lancement par le gouvernement de ce vaste programme de la couverture sanitaire universelle visant à procurer les médicaments gratuitement aux femmes enceintes, aux enfants de moins de cinq ans, aux personnes vivant avec le VIH/SIDA et les tuberculeux, plusieurs agents de la santé n’ont pas dû respecté. Que ferait exactement le gouvernement afin que ces actes outrés soient véritablement réprimés ?

Commentaires

commentaires