Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: l’attaque des rebelles de l’UPC à l’évêché de Bambari soldée à la mort de l’Abbé Firmin Gbagoua

Abbé Firmin Gbagoua, Vicaire général de diocèse de Bambari

Par Erick NGABA

Bangui 30 juin 2018 (Ndjoni Sango) : L’Evêché de Bambari, ville située à 385 km de Bangui, a été hier soir la cible d’une attaque des hommes armés du mouvement rebelle de l’Unicité pour la Paix en Centrafrique (UPC). De source ecclésiastique et sécuritaire jointe par la rédaction de Ndjoni Sango, cette attaque s’est soldée à la mort du Vicaire général du diocèse de Bambari, Firmin Gbagoua.

Une fois de plus, l’église catholique est frappée par un drame. La ville de Bambari dans la préfecture de la Ouaka est de nouveau endeuillée par la mort du Vicaire général du diocèse local.

De sources locales, des peuls armés du mouvement rebelle de l’UPC du mercenaire nigérien Ali Ndaras ont attaqué le diocèse de Bambari hier aux environs de 19 heures locales.

De source religieuse et sécuritaire, l’Abbé Firmin Gbagoua a reçu des balles en plein ventre lors de l’attaque ciblée. Il a été conduit au laboratoire de l’hôpital de la ville pour ses soins intenses qui n’ont pas pu sauver sa vie. Les causes de l’attaque ne sont encore non élucidées pour le moment

Du 18 au 24 juin 2018, les évêques de Centrafrique se sont réunis en Assemblée ordinaire à Berbérati, à l’ouest du pays pour dénoncer la situation sécuritaire dans le pays. Ils ont par ailleurs dans leur message, dénoncé la présence les rebelles à Bambari.

« Par ailleurs, les rebelles qui sont revenus dans la ville de Bambari et ses environs, ne cessent de s’opposer au rétablissement de l’autorité de l’Etat par les attaques sur les forces de défense et de sécurité nationale et la MINUSCA, les braquages et les tueries. Ils constituent ainsi un facteur d’insécurité aux nombreuses conséquences : déplacements des populations, destruction et confiscation de leurs biens, ralentissement du processus de réconciliation et de reconstruction… », lit-on dans le message des évêques de Centrafrique.

De plus en plus, les religieux et les lieux de culte font l’objet d’attaque ciblée des groupes armés qui écument une partie du territoire centrafricain. Le 1er mai 2018 l’église Notre Dame de Fartima à Bangui a été la cible d’une attaque terroriste des extrémistes du Pk5, ayant conduit à une vingtaine de morts des fidèles dont l’Abbé Albert Toungoumalet Baba.

L’auteur de l’article :

Erick NGABA est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bangui où il a obtenu sa licence professionnelle en Journalisme. Free-lance, il est le Directeur de Publication et Webmaster de ce site d’informations. Courrier : doctarngaba@gmail.com , +236 72614325

Commentaires

commentaires