Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: au moins 24 morts dans un violent combat entre les casques bleus et les Antibalaka

ntibala

Un groupe d’Antibalaka à Njoh en Centrafrique© Michaël Zumstein

Par Erick NGABA

Bangui 4 avril 2018 (Ndjoni Sango) : Au moins 23 personnes tuées et une dizaine de blessés dans un violent combat ayant opposé hier les soldats de la paix des nations unies aux milices Antibalaka, a-t-on appris de la Minusca. De sources locales, le combat s’est produit dans la localité  de Tagbara, un village situé à 60km de Bambari au centre de la Centrafrique.

Les casques bleus de la mission onusienne en Centrafrique, Minusca, ont subi une attaque ciblée des miliciens Antibalaka dans la préfecture de la Ouaka.

« La ville de Tagbara au PK 70 de BAMBARI a été attaquée hier par des Antibalaka. Ce matin, il y’a des morts et de blessés suite à l’attaque contre une base de la Minusca. Il y a deux soldats de la Minusca tués. La localité est à l’instant sous tension », a expliqué sur sa page facebook Anour Al-Hadje Djido, un habitant de la ville de Bambari.

De sources concordantes, tout serait partie d’une accointance entre les casques bleus mauritaniens avec les éléments de l’UPC du mercenaire nigérien Ali Ndarass. A en croire des sources locales, les casques bleus mauritaniens de la Minusca distribueraient des armes de guerres aux rebelles de l’UPC afin de combattre les miliciens Anitibalaka.

Ayant soupçonné cette connivence, les miliciens Antibalaka ont décidé de découdre avec les casques bleus mauritaniens basés dans la localité, d’où l’attaque de la base de la Minusca locale le 3 avril 2018.

Dans un communiqué de presse, la Minusca condamne ces pertes en vies humaines après cette attaque. D’après Herve Verhoosel, Directeur Communications Stratégique et de l’information publique de la mission onusienne en Centrafrique, les casques bleus ont été déployés en renfort en réponse à cette attaque.

« Les casques bleus ont riposté et après plusieurs heures d’échanges de tirs, un casque bleu a trouvé la mort, 11 autres ont été blessés et plus de 22 agresseurs Anti-Balaka ont été tués », explique Herve Verhoosel.

Toutefois, le Directeur de l’information publique de la Minusca informe qu’une enquête sera diligentée afin de déterminer les responsabilités pour ces actes « qui peuvent être considérés comme des crimes de guerre ».

La semaine dernière, le village Tabara a été le théâtre de violent affrontement entre les Anitibalaka et les éléments de  l’Union pour la paix en Centrafrique (UPC), une faction rebelle de la coalition Seleka. Selon des sources onusiennes, des pertes en vies humaines dont un total de 46 morts a été enregistré.

L’auteur de l’article :

Erick NGABA est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bangui où il a obtenu sa licence professionnelle en Journalisme. Free-lance, il est le Directeur de Publication et Webmaster de ce site d’informations. Courrier : doctarngaba@gmail.com , +236 72614325

Commentaires

commentaires