Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: des ex-rebelles enrôlés dans l’armée nationale

Les ex-combattants enrôlés dans les FACA

Par Erick NGABA

Bangui 8 février 2018 (Ndjoni Sango) : Les ex-combattants en Centrafrique sont enrôlés dans le rang des Forces Armées Centrafricaines (FACA). Ils sont 101 ex-éléments rebelles issus des Antibalaka et des Seleka à intégrer, le 5 février 2018 au Camps Kassaï, le corps en uniforme de l’Etat centrafricain après trois mois de formation donnée par les officiers de la Mission européenne de formation (EUTM-RCA).

La sortie officielle de ces ex-combattants désormais éléments des FACA, a eu lieu en présence du président de la République, des membres du gouvernement, des officiers généraux des FACA et du corps diplomatique.

Leur enrôlement dans l’armée nationale est le fruit d’un projet pilote du programme de Désarmement, Démobilisation, Réinsertion et le Rapatriement lancé le 30 août 2017 par le président Faustin Archange Touadera.

Pour aborder le chantier du DDRR, les autorités du pays ont estimés que la stratégie adoptée a consisté de commencer par un projet Pilote appuyé par la communauté internationale.

Aujourd’hui, après une formation militaire, ces ex-rebelles se joignent aux soldats FACA pour assurer la défense et la sécurité de Centrafrique.

 « Souvenez-vous qu’en optant pour les Forces Armées Centrafricaines, vous prenez l’engagement de vous consacrer à ce devoir et que vous accomplirez votre mission dans la discipline avec dévouement patriotique, fierté et courage. Vous n’appartenez plus aux groupes armés. Vous n’appartenez plus aux groupes politico-militaires.  Vous n’êtes plus les bourreaux du peuple, des auxiliaires du désordre, de la violence illégitime», a déclaré Faustin Archange Touadera, chef suprême des Armées centrafricaines.

En leur inculquant le sens du devoir des soldats d’une armée dévouée pour la défense et la sécurité nationales, le président Touadera leur a demandé de démonter au peuple centrafricain qu’ils sont désormais des soldats bien formés, disciplinés, respectueux des droits de l’homme et du Droit international humanitaire.

« Montrez au Peuple centrafricain que désormais, vous êtes les garants de sa sécurité, de la protection et de la défense du territoire contre des mercenaires étrangers qui écument nos villes et villages et pillent nos ressources », a-t-il martelé.

Par ailleurs dans son discours de circonstance, le président Touadera a lancé un appel aux responsables des groupés armés encore réfracteurs au processus du DDRR de joindre le programme qui permet de sortir le pays de conflit.

« A tous les responsables des groupes armés qui hésitent encore de s’engager dans le processus DDRR, les preuves concrètes sont maintenant visibles qu’un programme national de DDRR est possible pour ouvrir la voie à une paix durable et à la valorisation de tous les éléments qui hier étaient encore appelés membres des groupes armés », a-t-il lancé.

Initialement, 480 éléments rebelles étaient sélectionnés dont la moitié devrait faire partie du groupe retenu pour bénéficier d’une formation militaire en vue de leur intégration dans les FACA. Après la sortie officielle de ces 101 soldats, 139 autres identifiés et cantonnés, vont dans les prochains jours entrés en formation pour le même objectif.

Cependant, 240 autres éléments sont orientés vers un programme de réintégration socioéconomique et recevront une formation professionnelle et un accompagnement, avec le concours des partenaires dont la Banque Mondiale, des Agences spécialisées et expérimentées dans la formation et l’accompagnement à la réintégration sociale.

L’auteur de l’article :

Erick NGABA est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication de l’Université de Bangui où il a obtenu sa licence professionnelle en Journalisme. Free-lance pour plusieurs agences presses internationales, il est le Directeur de Publication et Webmaster de ce site d’informations. Courrier : doctarngaba@gmail.com , +236 72614325

Commentaires

commentaires