Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: le gouvernement condamne le meurtre des ressortissants chinois

des chinois d’une société minière à Gadzi en Centrafrique pour illustration@Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 6 octobre 2018—Ndjoni Sango : Une justice populaire fait état d’au moins trois ressortissants chinois lynchés et un autre blessé, a-t-on appris des autorités centrafricaines. Les faits se sont produits le jeudi 4 octobre dernier dans la sous-préfecture de Soso-Nakombo, à l’ouest de Centrafrique, alors que les victimes chinoises, agents de la compagnie Africa Mine, étaient en prospection sur la rivière Kadeï, indique un communiqué du gouvernement centrafricain qui condamne ce drame.

Depuis jeudi dernier, la situation reste tendue dans la sous-préfecture de Soso-Nakombo. Le drame est survenu dans cette localité suite au chavirement d’une embarcation ayant au bord quatre ressortissants chinois de la compagnie Africa Mine et le président de la jeunesse de Sosso-Nakombo, localité située à 660 km de Bangui.

Ils étaient en prospection sur la rivière Kadeï. Durant le chavirement de l’embarcation, les quatre ressortissants chinois ont pu gagner la rive, alors que leur ami centrafricain a disparu dans la rivière, à en croire le communiqué du gouvernement.

Les ressortissants chinois se sont rendus à la brigade de gendarmerie de Sosso-Nakombo avant d’être pris pour cible par une foule en colère.

« Suite à cet accident malheureux, une foule a pris d’assaut la brigade de gendarmerie et l’a saccagé provoquant par la même occasion la mort de trois (3) ressortissants chinois et des blessures graves sur le quatrième. Le gouvernement déplore et condamne dans les termes les plus vigoureux ces meurtres ignobles et met en garde leurs instigateurs », précise un communiqué du gouvernement centrafricain.

Par ailleurs, le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Henri Wanzet Linguissara, indique qu’un dispositif sécuritaire est renforcé dans la localité. Toutefois, a-t-il fait savoir, une enquête est diligentée afin d’établir les responsabilités.

Nombreuses sont les sociétés minières chinoises qui se sont installées en Centrafrique après la levée de suspension du pays du Processus de Kimberley en 2015. C’est la première que les ressortissants chinois sont tués en Centrafrique malgré les conflits armés.

 

Commentaires

commentaires