Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique:le Président Touadera lance le programme DDRR

image1

Photo de famille@/Eric Ngaba

Par Eric NGABA

Bangui 15/10/16 (Ndjoni Sango.net) : le président de la République Centrafricaine, Faustin Archange Touadera entame le processus du Désarmement Démobilisation Réinsertion et Rapatriement (DDRR). Au cours de la première réunion du Comité Consultatif et de Suivi du Programme National de DDRR, il a échangé ce mercredi 12 octobre avec les leaders des groupes armés au palais présidentiel. L’objectif de cette première réunion de contact est de recréer la confiance avec les responsables des groupes armés, en vue de créer les conditions d’un consensus autour des principes de mise en œuvre du DDRR.

Le processus du DDRR tant attendu par la population est en phase de sa mise en œuvre. Afin de créer la confiance entre les responsables des groupes armés autour du Programme National DDRR (PNDDRR) et les principes de sa mise en œuvre, un Comité Consultatif et de Suivi du Programme Nationale de DDRR (CCSPNDDRR) a été ensuite créé par le Chef de l’Etat Faustin Archange Touadera.

Dans le cadre de la mise œuvre de l’Accord signé entre le gouvernement et les groupes armés, le président de la République Faustin Archange Touadera a signé le 2 juillet 2016 les différents décrets portant organisation et fonctionnement de la Coordination DDR/RSS/RN, et création des Comités Techniques et Stratégique du DDRR/RSS et Réconciliation Nationale (RN). La mise en place de la Coordination du Programme Nationale du DDRR par le Chef de l’Etat a constitué une étape fondamentale ayant permis le développement d’une stratégie pour le Plan Nationale du DDRR en République Centrafricaine.

Le mercredi 12 octobre dernier, il s’est tenu au Palais présidentiel, la première réunion du Comité Consultatif et de Suivi du Programme National de DDRR. Cette rencontre de haut niveau a réuni des dizaines des responsables des groupes rebelles, des personnalités politiques, de la société civile, et du corps diplomatique et représentants des institutions internationales. Il s’agit donc d’examiner au cours de cette première rencontre les documents relatifs à la mise en œuvre du Programme Nationale de DDRR.

Avec le soutien multiforme de la Minusca, cette première réunion rencontre décisive a permis aux acteurs du DDRR de se mettre d’accord sur les principes qui vont déboucher sur la mise en exécution du Programme National DDRR, des prochaines étapes et du fonctionnement des structures mises en place.

« C’est un bien grand plaisir pour moi que d’avoir à procéder au lancement officiel du Programme pour la Paix, la Réconciliation Nationale et le Dialogue entre les différents acteurs du DDR. En effet, depuis mon accession à la Magistrature Suprême de l’Etat, je n’ai cessé de rappeler à mes Compatriotes que le DDRR, la RSS, la Réconciliation Nationale et le Dialogue sont les seules voies de sortie de crise et de relèvement de notre pays. Comme vous le savez, la grave crise qui a frappé notre pays la République Centrafricaine appelle à des solutions multidimensionnelles parmi lesquelles, la recherche de la sécurité et de la Paix », a déclaré le président Faustin Archange Touadera.

Pour résoudre ces problèmes et répondre aux attentes diverses de des populations, il nous faut un cadre de coordination et de concertation efficace et transparent. C’est dans cette perspective que dès son investiture, il a reçu les responsables des groupes politico-militaires afin de les exhorter à adhérer volontairement à sa vision du DDRR qu’il qualifie de « DDRR de dernière chance ».

Pourquoi de dernière chance ?

Le président Touadera a estimé que le pays a trop souffert de conflits armés et face à cela, il faut prendre en compte les causes endogènes et exogènes de ces multiples confits dans la formulation d’un nouveau programme de DDRR. C’est dans cet élan que il a créé une nouvelle structure qui est désormais rattachée à la présidence afin de veiller personnellement à son bon fonctionnement, car les expériences des différents programmes DDRR et de la RSS passées n’ont pas donné les résultats escomptés.

« Ma vision est donc fondée sur une approche inclusive, c’est pourquoi la mise en place du Comité Consultatif et de Suivi du DDRR et la mise en œuvre de l’Accord sur les principes Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement signés le 10 mai 2015 lors du Forum National de Bangui sont les priorités du nouveau DDRR « , a renchérit le Chef de l’Etat.

Cet Accord inspiré du Pacte Républicain, reflète la volonté au niveau national et international de la sécurité humaine. Il offre un cadre juridique et une confiance dans le processus de paix. Axé sur des objectifs plus stratégiques que les DDR passés, le programme de DDRR de « dernière chance » exige, d’après le président de la République, la formulation d’approches nouvelles et novatrices car il diffère par ses orientations, à savoir: appuyer le processus de consolidation de la paix à plus long terme, contribuer à la restauration de l’autorité de l’Etat et permettre la relance économique, réduire la pauvreté dans toutes les couches de la population.

Cette stratégie est sensible aux dynamiques locales et peut combiner diverses activités telles que les programmes classiques de collectes d’armes, la réinsertion inscrite dans le cadre de la démobilisation avant le processus de réintégration, la formation professionnelle et les programmes spécialement destinés aux jeunes ainsi qu’aux populations vulnérables.

L’accent est également mis sur les aspects économiques de la réintégration comme solutions de remplacement à la violence. Du coté des groupes, tout le est satisfait de ce programme et souhaite un bon fonctionnement et la transparence dans sa mise en œuvre. Dans ce programme DDRR, certains ex combattants n’ont pas encore adhérés. Le Chef de l’Etat les appelle à une prise de conscience pour préserver les acquis de la paix et de réconciliation nationale à travers la réussite de ce DDRR de dernière chance.

Commentaires

commentaires