Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: les instigateurs et complices des troubles au KM5, enquête spéciale

Les habitants du KM5 lors d’une réunion avec le SG de l’ONU Antonio Guterres en octobre 2017@Ndjoni sango

Par la Rédaction de Ndjoni Sango

Bangui 8 avril 2018 (Ndjoni Sango): Le quartier PK5 connu sous le nom de km5, situé dans le 3ème arrondissement de la ville de Bangui, a de la peine à retrouver la stabilité et le calme depuis le coup d’Etat du 24 mars 2013, par la nébuleuse coalition rebelle de la seleka. Ce célèbre quartier considéré comme le grand centre commercial de la capitale centrafricaine, est sous la coupe des grands bandits lourdement armés qui défient l’autorité de l’Etat et menacent la quiétude de la population avec la complicité de certains habitants du secteur notamment des commerçants, des notables, et des autorités locales.

Dans cette enquête spéciale KM5, la Rédaction de Ndjoni Sango a pu identifier, à travers des sources fiables dans le 3ème arrondissement, les instigateurs et complices des troubles dans le KM5, dont leurs noms sont cités ci-dessous. Il convient de noter que certains notables et commerçants du KM5 tirent de leur côté le drap de l’insécurité persistante dans ce secteur. De sources interrogées, certains imams, chefs de quartiers et commerçant cautionnent cette insécurité entretenue par les bandits armés appelés autodéfenses du KM5.

L’enquête du site web Ndjoni Sango révèle que ces autodéfenses trouvent leur force et soutien dans leur accointance avec certains habitants de la localité, et quelques personnalités issues de leur groupe, nommées à des postes de responsabilité dans les institutions républicaines. Pour illustrations, des sources au KM5 consultées par Ndjoni Sango, ont indiqué les manœuvres dilatoires du chef des gangs, Nimery Matar alias Force, visant à instrumentaliser la population du 3ème arrondissement à majorité musulmane, contre le gouvernement et la Minusca sur les mesures de sécurité envisagées en faveur de la paix dans cette localité.

Les faits culminants et les complices de Nimery Matar Alias Force

En effet, suite aux recommandations de la population de KM5 exigeant la neutralisation des groupes autodéfenses dans leur quartier, la Mission onusienne en Centrafrique (Minusca) a donné la semaine dernière un ultimatum aux bandits armés de la localité de rendre les armes détenues illégalement. En réponse, le leader réputé de ces autodéfenses, considérées comme des criminels, Nimery Matar alias Force, veut se servir des habitants du secteur pour crier aux victimes. Il a posté des messages sur les réseaux sociaux indiquant qu’il est sur ses gardes en cas d’une attaque de la Minusca.

A en croire les sources de Ndjoni Sango, ce célèbre criminel de la capitale centrafricaine, qui prend en otage la population de KM5, a fait une réunion le 1er avril dernier le soir avec ses complices qui ne sont autres que certains commerçants, notables, et autorités locales entre autres, pour mobiliser la population du secteur contre la Minusca et le gouvernement.

A cet effet, les mêmes sources informent qu’une sensibilisation de bouche à l’oreille a été organisée par le Chef du quartier Gbaya Dombia 2, Ibrahim Abana, qui est par ailleurs conseiller spécial de Nimery Matar alias Force et également conseiller des auto-défenses du Km5. Il a fait porte à porte pour mobiliser les femmes, jeunes et enfants pour manifester contre l’opération conjointe menée ce dimanche 8 avril 2018 par la Minusca et le gouvernement.

A la suite de la mobilisation, un concert de casseroles a été organisé par cette bande des extrémistes organisés qui prennent en otage la population civile. De nos sources, la stratégie de la mobilisation était de remettre à chaque manifestant une somme de mille francs CFA en contrepartie.

Sans surprise, l’opération militaire dirigée par la Minusca à l’aube de ce dimanche, a été un synonyme d’échec car, une partie de la population de KM5 a été instrumentalisée. Des barricades érigées, des pneus incendiés, de la pression des instrumentalisés ont poussé les forces de la Minusca à se battre en retraite.

Les complices du leader des bandits armés du KM5 sont connus de tous dans le 3ème arrondissement de Bangui.  Les autodéfenses bénéficient de leur soutien financier et matériel. Les sources de Ndjoni Sango dont les habitants de KM5 qui n’aspirent qu’à la paix et à la justice, ont permis d’identifier certains complices et instigateurs des troubles dans cette partie de la capitale centrafricaine, qui sont pour la plupart des mercenaires Tchadiens et Soudanais installés en Centrafrique depuis un bon bout de temps. Ci-dessous une liste les citant. 

Les instigateurs et complices des troubles au KM5

1- Ibrahim-Abana Chef du quartier Gbaya–Dombia II, Conseiller général des Auto-défenses du Km5

2-Hissen-Algoni, de nationalité tchadienne, actuellement 3ème conseiller au Maire du 3ème arrondissement de Bangui;

3-Soulemane-Ismaïl, tailleur tchadien,  est arrivé  en 1989 à Bangui

4-Djazali-Mahamat ex-libérateur, tchadien commerçant est arrivé à Bangui en 2003 à l’occasion de coup d’Etat de François Bozizé.

5-Tahir Mahamat-Wamy, tchadien est arrivé à Bangui en 2003 (IMAM), à l’occasion de coup d’Etat de François Bozizé.

6-Ibrahim-Redait-Mahamat ex-séléka libérateur, tchadien, arrivé à Bangui en 2003, à l’occasion de coup d’Etat de François Bozizé, actuellement membre de la société civile COMUC.

7-Zakaria-Mahamat-Bahalani est arrivé à Bangui en 1999 (prêcheur)

8-Aboumet-Idriss ex-militaire tchadien est arrivé à Bangui en 2003, à l’occasion de coup d’Etat de François Bozizé

9-Ibrahim Matar ex-libérateur  tchadien arrivé à Bangui en 2003, ancien compagnon d’arme de François Bozizé

10-Moussa Major ex-libérateur, tchadien, inséré dans le rang des FACA, arrivé à Bangui en 2003, ancien compagnon d’arme de F. Bozizé

11-Achafi Daoud mercenaire tchadien, Général de la séléka, arrivé à Bangui en 1990.

12-Fadoul Moussa ex Maire du 3ème  arrondissement, arrivé à Bangui en 1990

13-Dida AC, un élément des FACA, arrivé à Bangui en 2003, à l’occasion de coup d’Etat de François Bozizé, ex libérateur.

14-Mahamat-Fadoum ex-militaire tchadien est arrivé à Bangui en 1990

15-Assababassoul Moussa, ancien mercenaire soudanais, est arrivé à Bangui en 1993

16-Moussa-Simer Rator Idris-Ahmat est arrivé à Bangui en 1987, ex-militaire (mercenaire)

17-Mahamat Ousman Mahamat, ex-militaire tchadien résidé à Bambari depuis 1992, un général des rebelles séléka

18-Ahmat-Mahamat, commerçant, est arrivé à Bangui en 2005

19-Djibrine Youssouf- président des commerçants  du KM5, est arrivé à Bangui en 1992

20-Ahmat Mordo ex-militaire tchadien, est arrivé à Bangui en 1998.

21-Abdem Azir Ahamat commerçant tchadien, est arrivé à Bangui en  1999.

La liste n’est pas complète. La rédaction la dévoilera dans la suite de l’enquête. Dossier à suivre.

Commentaires

commentaires