Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : massacres des civils à Ippy, les députés de la Ouaka s’insurgent contre le gouvernement et la Minusca

Congrès des leaders seleka à Alindao

Congrès des leaders séléka à Alindao

Par Eric NGABA

Bangui 21/12/2017 (www.ndjonisango.net): La situation sécuritaire et humanitaire dans la préfecture de la Ouaka au Centre-est de la République centrafricaine est alarmante suite à des violents affrontements opposant les rebelles de FPRC aux miliciens antibalaka. Les violences inouïes ont éclaté depuis le début décembre 2017, causant des dizaines de morts et de blessés innocentes avec toile de fond une situation humanitaire désastreuse. Une situation que dénoncent les députés de la Ouaka en appelant le gouvernement et la Minusca à des actions concrètes.

La situation  dans la sous-préfecture de Ippy et ses environs deviennent de plus en plus inquiétante. Des sources concordantes font état d’une panique généralisée dans cette localité vidée de ses habitants. Des massacres des civils innocents sont enregistrés depuis le début de déclenchement de la situation sous le regard complice du gouvernement et de la Minusca.

En condamnant ces violences aveugles dans une déclaration commune faite mardi dernier, les députés de la préfecture de la Ouaka s’insurgent et dénoncent l’inaction du gouvernement et la passivité de la Minusca, force en charge de la protection des civils.

« Le collectif des Députés de la OUAKA tient à condamner avec la dernière énergie ces violences aveugles, destructives et inutiles qui n’ont que trop duré et exprime sa vive indignation face à la barbarie et aux atrocités monstrueuses de ces groupes armés qui prennent en otage les populations civiles innocentes et sans défense. Le Collectif des Députés de la Ouaka déplore le silence et l’inaction du gouvernement et surtout la passivité des forces de la Minusca face aux violences aux exactions perpétrées sur les populations civiles dont ils ont la responsabilité d’assurer la protection » s’insurgent les députés qui en appellent à la responsabilité du gouvernement centrafricain et des Forces de la Minusca afin que des actions vigoureuses soient menées pour faire cesser ces violences, rétablir la sécurité dans la Ouaka.

Les affrontements ont causé plusieurs dizaines de morts et provoqué des déplacements des populations d’Ippy et de Ndassima qui viennent chaque jour gonfler les rangs des personnes déplacées internes dans les différents sites externes à Bambari, Ippy, bakala, Maloum. Le collectif des députés de la Ouaka composé de Davy Victorien YAMA pour Kouango 1, Anatole NDEMAGOUDA GBAGOT pour Bambari 3

Dorothée TIYANGOU pour Bakala, Sédar SALL KARIM pour Grimari, Maloum YERIMA AYOUBA pour Bambari 4, Emile ENDJIOMATCHI SANDJ ABA pour Ippy 2, Rufin Francis OUATENDE pour Ippy 2, HAMADOU Aboubacar Kabirou, Bambari 1, MARANDJI Sylvain, Kouango 2, AMASSEKA Amadou Aubin, Bambari 2, demande aux groupes armés qui opèrent dans cette localité de cesser aux hostilités.

« Le Collectif des Députés de la Ouaka demande à tous les groupes armés à l’origine de cette nouvelle flambée de violences de cesser immédiatement et sans condition les hostilités dans la OUAKA et rappelle à ces groupes signataires de nombreux accords de cessation des hostilités, de cessez-le-feu ou accords de paix, le strict respect des engagements pris », ajoute le collectif.

Constatant une situation humanitaire alarmante, les députés de la Ouaka lancent un appel aux ONG humanitaires et autres partenaires pour voler au secours des victimes, des personnes déplacées et des couches vulnérables affectées par ces affrontements armés.

En appelant les victimes et les populations civiles meurtries les ressortissants de la Ouaka à se mobiliser et à s’engager résolument pour la cohésion sociale et la réconciliation dans la région, le Collectif des Députés entend organiser dans les prochains jours une grande tournée dans la OUAKA pour rencontrer les autorités locales, les leaders religieux, les protagonistes, les acteurs humanitaires, les populations civiles et les victimes.

L’auteur de l’article :

Erick NGABA est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication de l’Université de Bangui où il a obtenu sa licence professionnelle en Journalisme. Free-lance pour plusieurs agences presses internationales, il est le Directeur de Publication et Webmaster de ce site d’information www.ndjonisango.net. Courrier : doctarngaba@gmail.com , +236 72614325                                                                         

Commentaires

commentaires