Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: ouverture cet après-midi à Khartoum des pourparlers avec les groupes rebelles

Firmin Ngrebada, Directeur de cabinet à la présidence centrafricaine, Chef de délégation et Marie-Noelle Koyara, ministre de la défense

Par Erick NGABA

Khartoum/Soudan 24 janvier 2019–Ndjoni Sango: Le gouvernement centrafricain et les groupes rebelles entament aujourd’hui les pourparlers de paix en Centrafrique. L’ouverture de ses assises sous l’égide de l’Union Africaine est prévue cet après-midi à Khartoum, capitale du Soudan.  

Les différentes délégations des parties prenantes à ces pourparlers sont arrivées depuis hier dans la capitale soudanaise. De part et d’autres, le gouvernement centrafricain, le parlement, les groupes rebelles, les partis politiques, la société civile, les organisations de défense des droits de l’homme, et la plateforme des confessions religieuses entre autres y ont dépêché leurs représentants.

Dans un communiqué, le gouvernement centrafricain invite la population à se mobiliser derrière la délégation à Khartoum.

« Le gouvernement invite les Centrafricains, épris de paix, à se mobiliser derrière l’équipe de négociations qui se rend dans la capitale soudanaise avec la ferme volonté d’arriver à un compromis avec les groupes armés dans le strict respect de la constitution, de l’unité nationale, de l’intégrité du territoire, de la forme laïque et républicaine de l’Etat et des conclusions du Forum national de Bangui », indique le communiqué.

Ces pourparlers soutenus par l’ensemble de la communauté internationale, sont considérés comme une négociation de dernière chance pour la paix en Centrafrique. Car, la population centrafricaine dans sa majorité se dit fatiguer des multiples dialogues qui n’aboutissent pas à la stabilité dans le pays.

A travers ces négociations à Khartoum, le gouvernement et les groupes armés doivent trouver un compromis pour mettre fin aux hostilités et aux violences armées dans le pays.

Fin août 2018 à Khartoum, la Russie en collaboration avec le gouvernement soudanais, a réuni les principaux leaders des groupes rebelles actifs en Centrafrique qui ont signé une entente de cessation des hostilités. La première rencontre de Khartoum, initiée par la Russie, a facilité l’organisation aujourd’hui des pourparlers entre le gouvernement et les groupes rebelles sous l’égide de l’Union africaine.

Commentaires

commentaires