Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: une marche pour dénoncer la frappe de la Minusca à Bambari

Ali Ndarass, le leader du groupe rebelle UPC entouré de ses éléments

Par Erick NGABA

Bangui 5 juin 2018 (Ndjoni Sango): Une marche pacifique a été organisée hier lundi par une franche de la population de Bambari, ville située à 385 km au sud-est de Bangui, dans la préfecture de la Ouaka. Jugés proches du groupe rebelle l’Unicité pour la Paix en Centrafrique (UPC) du mercenaire nigérien Ali Ndaras, les manifestants ont demandé le départ des forces spéciales portugaises et les casques bleus rwandais de la Minusca de la ville de Bambari.

Depuis la fin du mois de mai 2018, Bambari fait l’objet de troubles violents qui ont causé des pertes en vies humaines et de blessés. Des affrontements ont éclaté dans cette ville entre les casques bleus de la Minusca et les rebelles de l’UPC. Ce regain de violence a fait état d’au moins une vingtaine de morts et des blessés dans le rang de l’UPC aussi bien des civils de la communauté musulmane.

Le premier lundi du mois de juin a été marqué par une marche organisée par la communauté musulmane à Bambari. L’occasion pour cette franche de la population de demander le départ des contingents portugais et rwandais de la Minusca basés dans cette localité, théâtre des violences armées.

Dans un communiqué publié avant cette marche, la Minusca a stigmatisé l’instrumentalisation d’une partie de la population de Bambari par les rebelles de l’UPC. Pour la Minusca, l’UPC utilise cette franche de la population dans le but d’entraver l’action de sécurisation de la ville de Bambari par les forces de sécurité intérieure et la Minusca.

« La MINUSCA condamne de telles pratiques qui font courir aux populations civiles d’énormes risques pour leur sécurité et pire encore, elles tendent à approfondir les divisions inter-communautaires en entretenant une violence cyclique à travers des actes de revanche », a indiqué le communiqué.

Par ailleurs, la Minusca  a dénoncé dans son communiqué tout autant les attaques perpétrées par l’UPC contre les bâtiments des forces de sécurité intérieure centrafricaine et toutes les institutions qui incarnent l’autorité de l’Etat dans la ville de Bambari.

L’auteur de l’article :

Erick NGABA est ressortissant du Département des Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bangui où il a obtenu sa licence professionnelle en Journalisme. Free-lance, il est le Directeur de Publication et Webmaster de ce site d’informations. Courrier : doctarngaba@gmail.com , +236 72614325

Commentaires

commentaires