Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: « attaquer le FPRC, c’est attaquer l’accord de paix », déclare Aboubakar Siddik, porte-parole du FPRC

Par Erick NGABA

Aboubakar Siddik, porte-parole du FPRC@photo Erick Ngaba
Aboubakar Siddik, porte-parole du FPRC@photo Erick Ngaba

Bangui 15 octobre 2019— (Ndjoni Sango) : Le Front Populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC) se dit être l’enfant chéri de la mise en œuvre de l’accord de paix signé le 6 février 2019 à Bangui, entre le gouvernement et 14 groupes armés. Ainsi, attaquer le FPRC, c’est attaquer cet accord. C’est ce qu’a déclaré le porte-parole de ce mouvement armé, Aboubakar Siddik, au cours d’une conférence de presse tenue ce mardi à Bangui, relative aux accrochages ayant opposé le FPRC à la coalition rebelle MLCJ et une nouvelle rébellion dénommée PRNC.

Depuis mi juillet jusqu’au jour d’aujourd’hui, les affrontements armés ont éclaté entre le FPRC et le MLCJ tous deux signataires de l’accord de paix avec le gouvernement. Appuyé par, Ces hostilités se poursuivent encore au jour d’aujourd’hui en dépit des dispositifs de l’accord faisant obligation aux groupes armés de cesser les hostilités sur tout le territoire national.

Hier, les groupes se sont violemment affrontés à Amndafock, une ville frontalière avec le Soudan du Sud, faisant des victimes et des dégâts matériels de part et d’autre. En réaction sur cette situation, le FPRC déplore la poursuite de ces hostilités portant atteinte au respect de l’accord de Khartoum pour la paix en Centrafrique.

Par la voix de son porte-parole, ce groupe armé se dit être la cible d’attaque de cette coalition MLCJ et PRNC, alors qu’il exécute la mise en œuvre de l’accord de paix dans sa zone.

« Comment préserver les acquis de l’accord alors que des attaques du FPRC sont réalisées à toute indifférence ? Attaque le FPRC, c’est attaquer le l’accord de paix. Parce que maintenant, le FPRC a démantelé ses barrières et réduit sa capacité dans certaines zones. Donc, ils en ont profité pour attaquer le FPRC. Nous sommes devenus une chose qui s’oppose à leur projet. Il fallait nous attaquer pour nous fragiliser pour permettre leur influence dans la zone », a expliqué Aboubakar Siddik, porte-parole du FPRC, avant d’affirmer que son mouvement tend vers la dissolution conformément aux dispositifs de l’accord de paix.

En essayant de mettre en œuvre l’accord de paix dans sa zone, Aboubakar Siddik estime qu’il y a des complots qui poussent le mouvement à reprendre les armes. Toutefois, il affirme que le FPRC reste engagé dans le respect de l’accord de paix.

« Jusque-là, nous réaffirmons notre engagement vis-à-vis de l’accord de paix. Quoi qu’il en soit, le FPRC reste fidèle aux engagements pris dans le cadre de cet accord et réitère son espoir de voir le rétablissement de la paix en RCA à travers la mise en œuvre de l’accord de paix, une opportunité d’œuvrer pour la paix qu’il faudra bien saisir », a-t-il² déclaré.

Par ailleurs, le FPRC craint que la préfecture de la Vakaga devienne le bastion pour des groupes rebelles en vue de la déstabilisation du pays et des pays frontaliers. Car, a souligné son porte-parole, des mercenaires soudanais et tchadiens sont recrutés par la coalition MLCJ et PRNC pour combattre le FPRC sur sa position dans la région Est de la Centrafrique.

Commentaires

commentaires