Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: désastreux état de l’infrastructure judiciaire de Bambari

Par Jason MARLEY

le batiment de la Cour d'Appel de Bambari@photo Marly Pala
le batiment de la Cour d’Appel de Bambari@photo Marly Pala

Bangui 17 Décembre 2019—(Ndjoni Sango): La Cour d’Appel de Bambari, située dans la préfecture de la Ouaka, au centre-est du pays, est aujourd’hui en état de délabrement avancé. Le constat de cet état désastreux a été fait lors d’un voyage de presse, effectué par un journaliste du site web Ndjoni Sango, dans cette localité relatif à la reprise des activités dans cette partie de la République Centrafricaine, après des moments de violences armées.

Dès la première vue, lorsqu’on longe le pont Ouaka pour aller vers le marché Bornou, l’on peut déjà constater avec amertume l’état désastreux de cette infrastructure judiciaire centrafricaine, de la ville de Bambari.

Selon des sources concordantes que nous avons rencontrées, ce palais de justice a été vandalisé, suite aux récents évènements qui ont secoué le pays en général et la ville de Bambari en particulier.

« C’est vraiment dommage pour qu’une grande ville comme Bambari, n’ait pas une infrastructure pour la justice. Nous voulons que l’autorité de l’Etat dans son entièreté soit restaurée dans la préfecture de la Ouaka pour gérer les cas de criminalité à travers l’opérationnalisation de ce Palais de Justice», ont souhaité des sources croisées par Ndjoni Sango.

La ville de Bambari est depuis après le conflit militaro-politique de 2013, contrôlée par le groupe armé de l’UPC d’Ali Darass, qui viole, pille, occupe et exploite illégalement les biens de l’Etat. Mais après la signature de l’Accord de paix du 6 février entre le gouvernement et les groupes armés, notamment le redéploiement des Forces Armées Centrafricaines (FACA) dans cette préfecture, les activités tentent de revenir sur pied, malgré quelques accrochages orchestrés ces derniers temps dans la localité.

Il faut rappeler que de nombreuses infrastructures administratives publiques et privées, tant à l’intérieur du pays qu’à Bangui la capitale, sont en état de délabrement avancé, suite à la crise militaro-politique qui a secoué la République Centrafricaine depuis 2013.

Le gouvernement à travers l’appui de la communauté internationale, s’engage à réhabiliter et à construire les infrastructures administratives du pays pour que l’autorité de l’Etat puisse s’installer convenablement. Puisque le relèvement du pays dépond aussi de la présence des services de l’Etat.