Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA : E-Zingo Biani, de l’argent de la France pour créer le trouble

les leaders de l’opposition politique centrafricaine

Par Mamadou NGAINAM

Bangui 17 juin 2019— (Ndjoni Sango) : Le samedi 15 juin, une manifestation antigouvernementale organisée par des opposants du « Front uni pour la défense de la nation » (E-Zingo Biani) s’est tenue à Bangui. Comme toutes les autres démonstrations visant à déstabiliser la situation dans le pays, elle n’a pas provoqué de réaction des Centrafricains. Selon les journalistes, pas plus de 200 personnes ont pris part à la manifestation, bien que certains témoins mentionnent le plus petit nombre de participants.

Ce n’est guère le nombre de participants auquel les organisateurs qui avaient payé pour cette manifestation s’attendaient. On dit que l’opposition a reçu plus de 6 millions de francs CFA (plus de neuf milles euros) de l’ambassade de France. Les Français pourront à peine démentir cette information.

Il faut noter que la manifestation n’était pas autorisée, car le ministère de la sécurité publique n’a pas permis à l’organiser. Tous les manifestants étaient au courant, mais, néanmoins, ils sont descendus dans les rues pour troubler l’ordre public.

Cependant, ce n’est pas la première fois que l’opposition corrompue viole les lois de la RCA. Ils exécutent l’ordre des Français qui leur paient de l’argent. Si ces personnes ne remplissent pas les conditions requises, elles ne reçoivent aucune récompense.

Lors de la manifestation antigouvernementale qui n’a duré que peu de temps en raison de l’intervention de la police du 8ème arrondissement de Bangui, des journalistes français de l’Agence France Presse ont été arrêtés. Ils ont filmé et photographié tout ce qui s’est passé, pratiquant de la manipulation sur ce qui se passe à Bangui, chose que les officiers de police n’ont pas tolérée. Apparemment, ils voulaient que quelqu’un soit blessé – sinon, comment on dramatiserait la petite manifestation pour jeter le discrédit sur les forces de l’ordre ?

Par contre, la provocation a échoué, aucun des manifestants n’a répondu à l’exigence. Selon les dernières informations, deux journalistes français ont été conduits au département pénal, où leurs caméras et portables ont été confisqués pour déterminer les raisons de leur comportement. Bientôt, la police devra faire une déclaration officielle pour clarifier la situation à propos de ces Français.

Commentaires

commentaires