Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: Il est temps de faire la paix, le gouvernement a nommé Marcel Bagaza préfet de la Nana-Mambéré

Abdoulaye Miskine, leader du FDPC lors des pourparlers de Khatoum@photo Erick Ngaba

Par Mamadou NGAINAM

Bangui 5 mai 2019–(Ndjoni Sango): Le gouvernement inclusif créé après la signature de l’Accord de Khartoum est aujourd’hui au service du peuple centrafricain. Les anciens membres de groupes politico-militaires ayant obtenu des postes gouvernementaux montrent leurs volontés de gestionnaires et suivent précisément les dispositions des accords de paix et de la feuille de route composée par le President Touadéra.

En outre, depuis trois mois les rebelles libèrent les préfectures qu’ils occupaient dorénavant et suspendent la collecte illégale des impôts instaurée durant le conflit de 2013. Ils se désarment, rentrent dans les rangs des FACA et apprennent de nouveaux métiers afin de gagner leurs vies.

Ils prouvent ainsi qu’ils désirent, eux aussi, contribuer aux changements qui se réalisent en RCA. Il est donc temps de laisser les tensions dans le passé et suivre le chemin de la réconciliation nationale.

Le gouvernement du pays suit la même direction car il se rend compte les horreurs que le peuple centrafricain avait vécu pendant le conflit. C’est pour cela que le premier ministre Firmin Ngrebada veut changer les règles profondément établies dans la gouvernance informelle qui menaient aux mésententes, à la haine et comme résultat à la guerre.

Le 26 avril dernier, la cérémonie de la nomination du membre du FDPC Marcel Bagaza en tant que chef de la préfecture a eu lieu dans Nana-Mambéré. Sa nomination rentre dans le cadre de la réalisation de l’Accord de Khartoum.

Les autorités centrafricaines demeurent sures que cet événement devra mettre un terme aux différends entre le gouvernement, la population et le FDPC. Il ne reste qu’à espérer à la sagesse des membres du mouvement. Les anciens groupes rebelles faisant partie du gouvernement appellent le FDPC de respecter les responsabilités prises par le groupe lors de la signature des accords de paix. C’est un pas important vers la restauration de la paix en RCA.

Il n’est pas encore l’heure de faire le bilan. Les membres du FDPC doivent prouver eux-mêmes, si la nomination de leur membre était un bon choix. Il ne reste qu’à attendre.

Commentaires

commentaires