Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA : « Il faut renforcer les FSI pour la protection de la population » Albert Yaloké Mokpem, Porte-parole de la présidence

Albert Yaloké Mopkeme, ministre conseiller et porte-parole de la présidence, lors d’une conférence de presse à Bangui

Par Suzan DAWORO

Bangui 9 Aout 2019— (NDJONI SANGO) : La question de l’embargo sur les armes qui continue de peser sur les Forces Armées Centrafricaine (FACA), ne favorise pas la protection du territoire national. Ainsi, les officiers de la police Centrafricaine ont été  envoyés en formation dans les différentes académies pour la spécialisation en service de renseignement entre autre. Et ce grâce aux plaidoyers du Chef de l’Etat, Faustin Archange TOUADERA, auprès des pays amis de la Centrafrique afin d’assurer la protection de la population, c’est ce qu’a fait savoir le ministre conseiller en communication et Porte-parole de la Présidence, Albert Yaloké Mokpem, lors de la conférence de presse ce matin à Bangui.

Nul n’est sans ignoré que depuis cette crise près de, 80% du territoire est sous contrôle des groupes armés, expliquant l’inexistence des agents de l’Etat dans les zones occupées. La population demeure, cependant, sans protection.

Afin de pallier ce problème, le ministre conseiller à la présidence a indiqué que pour la protection de la population, il faut le renforcement des Forces de Sécurité Intérieure (FSI).

 «La sécurité d’un  pays est intimement liée aux renseignements et à l’information. Un pays ne peut pas assurer sa sécurité sans les renseignements et à l’information » a indiqué Albert Yaloké Mokpem.

Le ministre conseiller a rappelé le gouvernement a envoyé à l’étranger et sur place à l’école nationale, les officiers de police qui ont terminé leurs formation en renseignement, en police de l’aire, police des frontières et en gardiens de paix. Ces officiers de police ont été formés au Maroc, au Cameroun, en Angola, en RDC et en Guinée.

Par ailleurs, il a informé que ces officiers vont être bientôt déployés dans les endroits ou l’Etat n’existe pas afin de garantir la restauration de l’autorité de l’Etat qui est une volonté du gouvernement.

« Ce qui est très important aujourd’hui qu’il ait une volonté de la part du gouvernement pour le retour les fonctionnaires qui n’ont pu regagner leurs postes dans les zones sous contrôle des groupes armés. C’est parce qu’ils ne sont pas en sécurité. Donc les forces de sécurité intérieure vont être déployés dans les jours à venir pour assurer la protection de la population et celle des agents de l’Etat », a il souligné.

A noter qu’au début de la semaine, le président ces officiers formés ont reçu à l’école nationale de la police à Bangui, leurs diplômes de fin de formation, en présence du président Touadera.

Entre temps avec l’appui de la Minusca, le gouvernement recrute 1000 policiers en gendarmes cette année, de surcroît 500 l’année dernière.

En attendant, le diplomate Russe à Bangui, Vladimir Titorenko, a annoncé debut de cette semaine la deuxième livraison d’armes au gouvernement pour équiper les FACA, à travers une mesure d’assouplissement de l’embargo par le Conseil de Sécurité de l’ONU.

Commentaires

commentaires