Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: la France prépare le renversement du pouvoir de Bangui

Par Mamadou NGAÏNAM

le président français Emmanuel Macron_et son homologue centrafricain Faustin Archange Touadera à Paris
le président français Emmanuel Macron_et son homologue centrafricain Faustin Archange Touadera à Paris

Bangui 20 décembre 2019— (Ndjoni Sango): Il y a des soupçons de déstabilisation de la République centrafricaine en cours de planification depuis l’extérieur. Des informations officieuses font état de cette planification du renversement du pouvoir de Faustin Archange Touadera, par la France dont un conteneur d’armes de la Force française à Bangui a été intercepté par la douane centrafricaine qui n’a finalement pas pu voir le contenu.

Un conteneur rempli d’effets militaire a été intercepté par la douane centrafricaine à Bangui, a-t-on appris de sources proches du dossier. Les sources douanières expliquent que le contenu du colis n’a pas été vérifié par le service de la douane centrafricaine, face à une pression de la force française qui s’oppose à la vérification douanière.

Le conteneur dont le contenu n’est pas véritablement connu des autorités douanières est été conduit à la base de force française à M’poko à Bangui, selon des sources proches du dossier. Cette histoire est similaire celle du Burkina qui est aujourd’hui déstabilisé à travers des multiples attaques terroristes dans le sahel.

 Qui sait encore si cela explique la planification de déstabilisation de la République centrafricaine ? Depuis le président centrafricain, Faustin Archange Touadera, diversifie la diplomatie du pays qui s’ouvre à d’autres puissances internationales, la RCA fait objet de tout complot.

Cette ouverture diplomatique a causé d’énormes problèmes au pouvoir de Bangui qui fait face aujourd’hui à des complots de tout genre.

Des citoyens centrafricains sont par ailleurs utilisés dans  la mise en œuvre des projets déstabilisation de leur propre pays. Cela se justice à travers certains groupes armés qui continuent de s’opposer à l’autorité de l’Etat, et le durcissement de position de l’opposition politique vis-à-vis du régime de Touadera.