Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: le 3R réfuse de céder aux « provocations » de la MINUSCA

Par Hermann LINGANGUE

Le leader du mouvement 3R Sidiki Abbas avec ses garde-corps dans un camp des déplacés peuls à Kouï 22 septembre 2019@image Erick Ngaba

Bangui 28 septembre 2019—(Ndjoni Sango) : La MINUSCA se sert de la violence, des mensonges et provocations à l’égard de la population afin de soulever les tensions dans les localités où elle est se trouve, sous prétexte de chasser les éléments de 3R.  

Auparavant, la MINUSCA avait accusé de façon injuste certains éléments du 3R d’avoir pillé la propriété d’un fermier et kidnappé sa fille dans le Nana-Mambéré. Pourtant, les locaux et les autorités ont intervenu afin d’arrêter les désinformations et la calomnie.

Un des leaders du 3R a déclaré que le mouvement respectait les accords de Khartoum en démobilisant et désarmant ses éléments. Le groupement aide, conjointement avec le gouvernement, la CEEAC, l’Union africaine et d’autres partenaires de la république à sensibiliser la population et les éléments armés sur l’accord politique de paix et de réconciliation nationale.

Cependant, la MINUSCA force le 3R à regrouper et déplacer ses éléments qui se trouvent dans trois préfectures de la république vers la localité de Koui. Le mouvement s’est opposé à la réclamation de la mission car le déplacement des membres du groupe peut entrainer des conséquences négatives.

« Ce qui impliquerait des mouvements des hommes armés dans toutes ces préfectures ; Ce qui entraînerait de nouveaux déplacements internes ou externes de la population car, une population sans sécurité serait obligée de suivre les éléments des 3R pour sa sécurité ou, rejoindre à nouveau, les camps des déplacés ; Cela procéderait à l’abandon d’un grand espace laissé à la merci des bandits de grand chemin et des brigands de tout acabit. Ce qui était le cas au carrefour Bengû et sur l’axe Guia Bouar en 2017 ».

Un représentant du 3R a souligné lors d’une réunion le 23 et 24 août à Bangui que la MINUSCA l’avait assuré qu’il n’y avait ni moyens ni lieux vacants pour le déploiement des éléments du groupe. Pourtant, au bout de quelquesjours le chef du DDR de la MINUSCA a déclaré que « les éléments démobilisés du 3R ne devraient s’inquiéter de rien car ils ont une base à Besson ».

Malgré les arrangements, le 16 août dernier, les troupes de la MINUSCA sont venus à Besson pour en chasser les habitants. Au moment où les événements se produisaient, on y comptait des centaines de déplacés internes.

Pourtant, personne ne comprend les raisons d’une telle précipitation de la mission. Les chefs du 3R sont persuadés que les casques bleus cherchent délibérément des raisons pour chasser le plus vite possible les éléments du groupe du territoire qu’ils occupent.

Ce qui est encore plus suspicieux, c’est que l’opération est menée sans assistance de l’équipe technique de sécurité ou du comité spécial, chargés du processus. Le 3R adonc annoncé que le mouvement garderait son calme et ne céderait pas aux provocations de la MINUSCA.

Commentaires

commentaires