Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA : Les patrouilles de la MINUSCA n’arrivent pas à stopper les violences à Bria et Birao

Par Mamadou NGAÏNAM

Les casques bleus de la Minusca en patrouille à Bangui@photo Erick Ngaba

Bangui 5 septembre 2019—(Ndjoni Sango) : La situation sécuritaire à Bria et Birao reste tendue malgré les promesses de la MINUSCA d’accorder plus d’attention aux patrouilles des localités qui sont sous son contrôle. Les casques bleus sont présents sur le territoire, mais des affrontements continuent de se reproduire, il y a de nombreuses victimes parmi les civils.

A Birao, les affrontements entre les deux groupes ont commencé le 1 septembre. D’après les informations, il s’agit d’un grand nombre de victimes et des dégâts matériels importants.

D’ailleurs, la situation ne date pas d’aujourd’hui. Les rebelles du FPRC et du MLCJ sont en litige depuis le mois de juillet.

Le FPRC a saisi alors des armes que le MLCJ avait illégalement obtenu au Soudan, ce qui est une flagrante violation de l’accord de paix de Khartoum. En l’occurrence, le MLCJ a organisé une embuscade contre le FPRC à Am Dafok. Dernièrement, c’est dans la matinée du 2 septembre que le MLCJ a abattu une colonne du FPRC venue en renfort à Birao.

D’après un habitant de la ville interviewé par Ndeke Luka, les combats violents se produisent toujours. Selon les informations du même habitant, des maisons et magasins sont en feu, la population est effrayée et s’adresse à la MINUSCA dans l’espoir de trouver le refuge dans la base de la mission. Il remarque néanmoins que l’organisation non-gouvernementale IMC est la seule à apporter son aide aux déplacés.

La situation dans la ville reste instable. Actuellement, les affrontements entre les deux groupes se tiennent dans une banlieue de Birao. Avoisinant un camp pour les déplacés internes, la base militaire de la MINUSCA se trouve non-loin des lieux de combat.

Au début du conflit, on ne voyait aucun casque bleu sortir de la base. On les a aperçu seulement le 2 septembre lorsque les affrontements faisaient déjà rage. La mission a enfin décidé de mettre en place ses patrouilles en appelant les parties en confrontation à procéder à un dialogue.

Néanmoins, la situation a peu évolué depuis. Les combats sont actuellement focalisés autour de certains quartiers où les membres du FPRC avaient été repoussés par le MLCJ. Les tensions entre les deux groupes sont aussi fortes à Ndélé et Bria.

La population locale est indignée car la mission onusienne s’est montrée indifférente lorsque les affrontements commençaient dans la région. A son tour, le FPRC s’est adressé au gouvernement de la RCA en lui demandant le déploiement des FACA, or l’apport de la MINUSCA dans le règlement du conflit est néant. Maintenant, seule l’armée centrafricaine est apte de changer la situation.

Commentaires

commentaires