Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : 2ème édition de Talents d’adolescents et de jeunes pour la paix et la santé

Pamela Derom, Vice-présidente du CNJ et Syvain Ngarso, ministre de la jeunesse@Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 27 juin 2018 (Ndjoni Sango) : La jeunesse centrafricaine, par le truchement du Conseil national de la Jeunesse (CNJ) a lancé le 27 juin 2018 à Bangui, la 2ème édition de la campagne de communication dénommée « Talents d’adolescents et jeunes » pour la paix et la santé. Cette campagne est une proche de communication et de plaidoyer multimédias permettant la promotion de la participation des adolescents et des jeunes à la résolution des problèmes qui se posent à eux en utilisant leur génie, leur talents et potentiel afin de communiquer sur les valeurs de paix et de la promotion de leur santé sexuelle et reproductive.

« La cohabitation pacifique, prévention des IST/VIH-SIDA, et la grossesse précoce », c’est sous ce thème que la seconde édition de Talents d’adolescents et de jeunes a été lancée le mercredi matin au siège du CNJ à Bangui. Les hautes autorités du pays dont la ministre de la défense nationale, Marie-Noëlle Koyara désignée marraine de cette édition 2018, le ministre de la jeunesse, Sylvain Simplice Ngarso ayant présidé la campagne, et les représentants des systèmes des Nations unies dont Christine Muhigana de l’UNICEF, ont rehaussé de leur présence au lancement de la campagne.

Cette campagne vise à promouvoir l’épanouissement, le développement et la participation des adolescents et des jeunes de Bangui et de 9 villes de province en matière de la santé, de paix et de cohésion sociale.

« La deuxième édition de la campagne de communication Talents d’adolescents et jeunes est une opportunité offerte à nous adolescents et jeunes de Centrafrique d’exprimer nos génies en art, musique et sport. C’est une occasion à jamais pour nous adolescents et jeunes de Centrafrique pour demander à nos autorités de faire la paix entre eux, de mettre l’intérêt de la patrie avant toute chose et surtout de dialoguer », a déclaré Pamela Audrey Derom, Vice-présidente du Conseil national de la jeunesse de Centrafrique.

Vice-présidente du CNJ a interpellé ses pairs jeunes et adolescents sur la part de responsabilité et des erreurs de la jeunesse dans la crise que traverse la République centrafricaine. De ce fait, elle exhorté la jeunesse centrafricaine à ne pas céder à la manipulation.

Les activités de cette campagne seront réalisées dans dix villes de la République centrafricaine et de s’étendre sur les autres localités.  A cet effet, le gouvernement est sollicité pour contribuer à la réussite de cette campagne sur l’ensemble du territoire national.

Prenant la parole à cette cérémonie, la marraine de la campagne, Marie-Noëlle Koyara, ministre de la défense nationale, a exhorté la jeunesse a utilisé ses talents au profit de la paix et du développement de la République centrafricaine. Elle a rassuré sur la contribution  et la participation  du gouvernement à la réussite de cette campagne.

« Adolescents et jeunes de Centrafrique, vous êtes les messagers de la paix, et le messager de la paix doit être mobile. Moi et le ministre de la jeunesse, nous faisons des efforts et de plaidoyer pour que vous puissiez couvrir la plupart des préfectures et sous-préfectures du pays pour faire passer ce message de la paix, en mettant en valeur tous les talents dont regorge la jeunesse centrafricaine. Vous avez des talents dont on ne met pas en exergue. Mais à partir de maintenant, faites illuminer vos talents pour que le monde entier sache que la jeunesse a une grande valeur pour le développement de ce pays », a intimé la marraine de la campagne.

Pour marquer le lancement de la campagne, les lauréats de la première édition ont exposé leurs œuvres et presté devant le public. Cette campagne est le fruit agissant entre les agences du système des nations unies et le gouvernement centrafricain dans le cadre du programme quinquennal conjoint de renforcement de la résilience des adolescents et jeunes expérimentés dans le projet «  Ezingo ».

Commentaires

commentaires