Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: des ex-combattants convertis en maraichers grâce à un projet FAO – PJN

Les ex-combattants et déoeuvrés en formation à la JPN@Erick NGABA

Par Herman LINGAGUE

Bangui 11 février 2018 (Ndjoni Sango) : Environ 1000 jeunes centrafricains enrôlés dans les groupes armés, pour certains, et désœuvrés pour d’autres sont convertis en maraichers. Grâce à un projet d’appui aux ex-combattants dans le cadre de la relance agricole en Centrafrique initié conjointement par la FAO et la Jeunesse Pionnière Nationale (JPN), ces jeunes sont formés en techniques culturales dont certains ont achevé leur formation le 9 février 2018.

La sortie officielle d’une centaine de bénéficiaires de cette formation a lieu vendredi dernier au centre de formation de la Jeunesse Pionnière Nationale. Ceux-ci ont bénéficié des kits d’accompagnement de la part de la FAO qui appui la JPN dans l’exécution du projet.

La formation sur le maraichage et la production et des produits vivriers vise à relancer l’agriculture qui constitue un pilier de la relance économique en Centrafrique dont les jeunes constituent les principaux acteurs.

« J’estime que cette formation en notre faveur est une bonne chose. Nous avons appris les techniques culturales, le jardinage, le maraichage. Cela nous permet de gagner notre vie et participer à l’économie de notre pays. J’exhorte mes paires jeunes sur la nécessité d’avoir un métier. Ceux qui sont dans des groupes armés d’abandonner les armes, car il n’y a rien dans la guerre », a expliqué Tatiana Rangba, une bénéficiaire de cette formation.

Le projet qui sera exécuté durant cinq années, vise environ 3000 jeunes. Le projet est un vaste programme de formation ciblant trois villes  de Centrafrique, notamment les villes de Bangui, de Bambari et de Bouar. D’après, Christ Yamende, l’un des bénéficiaires du projet, la formation permet aux jeunes désœuvrés et ex-combattants d’avoir un métier et de réintégrer la société.

Le Haut-Commissaire à la présidence de la République en charge de la Jeunesse Pionnière Nationale (JPN), Cyriaque Souké, a fait savoir que son institution JPN s’engage à inculquer aux jeunes désœuvrés et ex-combattants l’entrepreneuriat agricole qui reste et restera le gisement d’emploi dans le pays.

« Tout le monde sait que la fonction publique est saturée, le domaine de l’agriculture reste et restera le gisement d’emploi considérable en Centrafrique. Car la mission principale de la JPN est de former les jeunes désœuvrés et déscolarisés, produire massivement des denrées alimentaires afin de nourrir le peuple centrafricain, contribuer à l’éducation de la jeunesse en sorte que la notion de civisme revienne au niveau de la scène », a-t-il affirmé.

Pour suivre et évaluer le projet afin d’accompagner les bénéficiaires, le Haut-Commissaire a ajouté qu’une équipe composée des techniciens de la JPN et de la FAO est constituée pour s’assurer de bon usage des kits agricoles remis aux bénéficiaires.

Commentaires

commentaires