Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique: la Plateforme des Confessions Religieuses lance une campagne de sensibilisation pour désarmer les cœurs

nicolas-grekoyame

Nicolas Grekoyame, président PCRC/@Inès Laure N’gopot

Par Inès Laure N’GOPOT

Bangui 20/10/16 (Ndjoni Sango.net) : la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique  (PCRC) a lancé une campagne de sensibilisation le mardi 18 octobre 2016, sur le désarment des cœurs. Cette campagne lancée en partenariat avec l’ONG CORDAID,  vise à consolider  la paix, la cohésion sociale et le vivre ensemble entre les communautés centrafricaines. La campagne va durer 5 jours.

« Désarmons nos cœurs pour désarmer nos mains », c’est le thème de cette campagne de sensibilisation organisée par la plateforme des confessions religieuse. Pour les leaders religieux,  il faut d’abord désarmer les cœurs remplis de l’amertume avant d’atteindre les mains qui détiennent des armes.

Selon la PFCR, l’initiative de la sensibilisation est de continuer à véhiculer le message de la paix autant possible pour que la paix vienne dans les cœurs et dans toute la Centrafrique. C’est ce que explique  Nicolas Grekoyame, l’un des leaders religieux et président de la Plateforme : «  la paix n’est pas un vain mot, mais un comportement.  Avec tout ce que nous vivons dans le pays en ce moment, nous sommes obligé de continuer de parler de la paix en commençant par Bangui la capitale. Si elle souffle un bon air, c’est tout le pays qui va aussi en bénéficier ».

La campagne de sensibilisation, d’après Nicolas Grekoyame, va se faire avec les autorités communales et les chefs des quartiers auprès de la population de Bangui afin de souscrire à cette paix qui est recherchée pour la relance économique et le développement de la Centrafrique.

Pour Médard Same Bawendé, l’on ne peut pas arriver au Désarmement, Démobilisation Réinsertion et Rapatriement (DDRR) des ex combattants sans que les êtres humains se  désarment leur cœur. Car selon lui, la paix commence au niveau du cœur. Il estime qu’il est nécessaire que l’on enlève la violence au niveau du cœur et de l’esprit pour arriver à une véritable paix.

« Les amis se choisissent, mais les frères s’acceptent, c’est dans ce concept que le désarmement doit se faire car le désarmement des cœurs consiste principalement à accepter l’autre en dépit de sa différence ; car si l’on s’accepte tel qu’on est, c’est qu’on a le cœur désarmé et on peut bâtir la paix « , dit-il.

Médard Same Bawendé souligne que le résultat attendu de cette campagne de sensibilisation se situe au niveau d’une certaine résilience, d’insister et de persister même avec les vocabulaires utilisés autant de fois pour que la paix rien que la paix puisse véritablement revenir en Centrafrique toute entière.

Pour lui, « 5 jours c’est même insuffisant. Je dirais même qu’il faut multiplier les 5 jours par 1000 pour que le cœur de l’Afrique qui est la Centrafrique  puisse être le cœur de la paix « .

 La campagne de sensibilisation lancée par la plateforme des confessions religieuses de Centrafrique s’inscrit dans le cadre de la journée internationale de la paix célébrée tous les 21 septembre de chaque année mais qui est célébrée en différé par la PFCR.

Commentaires

commentaires