Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

Centrafrique : violences armées de Bambari, témoignage d’une victime

Les habitants de Bambari pour illustration

Par Désiré NGAÎBONA

Bangui 13 février 2019— (Ndjoni Sango) : en fin décembre et janvier derniers avant les pourparlers de Khartoum entre le gouvernement centrafricain et les groupes armés, des affrontements meurtriers ont éclaté dans la ville de Bambari au centre de la Centrafrique. Ces échauffourées ont opposé les forces nationales et les casques bleus de la Minusca aux rebelles dans la ville. Les combats ont fait des victimes dont un témoin raconte les faits.

Dans les combats meurtriers à Bambari, un témoin fait savoir que les membres de sa famille étaient sortis indemnes malgré la situation qui était confuse.

« Ma sœur est de retour sur Bangui avec sa famille. Heureusement, après l’attaque de rebelles de la ville de Bambari toute la famille est saine et sauve. Sauf que le combat se déroulait dans une rue d’à côté, personne n’a été touché », a-t-il témoigné.

 

Tout ne s’était pas bien passé mais une scène a dépassé l’entendement. Un combat ennemi qui a été touché s’est vu sauvé par un policier contre qui, il combattait.

« Derrière leur maison un bandit s’était caché sous un arbre, il paraissait qu’il était blessé à la main. Apparemment un doigt lui manquait. Il a jeté son arme par terre et essayait de se cacher pour ne pas se faire attraper par les soldats. Il a été finalement retrouvé et il suppliait de lui garder la vie. Un policier très grand est entré chez ma sœur et lui a demandé de filer un torchon propre pour bander la main du rebelle. Il a dit entre temps qu’un vrai soldat ne tuait pas les sans armes, même si c’est un ennemi » a raconté le témoigné qui s’est confié à nous.

Les combats s’intensifiaient encore dans la ville avant que les rebelles se battaient en retraite. Notre témoin s’est réjoui que les membres de sa famille s’en sortaient bien.

« Les tirs continuaient encore une demi-heure et les bandits ont quitté la ville. Le contrôle de la ville était retenu. Heureusement que ma sœur et sa famille n’ont pas été touchées », a-t-il conclu.

Commentaires

commentaires