Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA : La « Françafrique » change de stratégie, la France passe par des médias

Le drapeau de la françafrique

Mamadou NGAÏNAM

Bangui 29 Août— (Ndjoni Sango) : On observe dans l’espace informationnel centrafricain la prédominance majeure de certains médias soutenus par la France. Aujourd’hui, il y a aussi des publications ou diffusions des fake-news sur l’accord de Khartoum, le non-respect du plan pacifique par les groupes militaro-politiques, relations du Président Touadéra avec les bandes armées, des traités non-existants entre le gouvernement centrafricain et la Russie ou la Chine entre autres.

L’objectif de ces multiples fake-news est de déstabiliser, par le biais de tout moyen possible, la le pays afin de mettre la RCA sous le joug perpétuel de la Françafrique. Malgré la déclaration en 2008 de Nicolas Sarkozy sur la fin de la Françafrique lors de sa visite officielle en Afrique du Sud et sa confirmation par François Hollande en 2012, le phénomène est toujours bien présent.

Les bases militaires françaises sont toujours déployées au Gabon, Sénégal et Djibouti, avec les unités militaires françaises présentes en RCA, au Tchad, Mali, Somali et en Côte-d’Ivoire. Tout comme avant, les entreprises françaises exploitent les quantités draconiennes de pétrole et d’uranium qui est une source d’énergie nucléaire, utilisée pour les armes nucléaires et sur les centrales nucléaires.

De plus, toutes les compagnies exploitent des ressources minérales : l’or, les diamants, le minerai d’aluminium et le manganèse, le cobalt et autres. Pourtant, à l’heure actuelle, la France fait face à une concurrence avec les Chinois dans le secteur minier qui, comme les Français, ont quasiment envahi l’Afrique.

Aujourd’hui, il existe plusieurs programmes en RCA visant la lutte contre les fausses nouvelles et la détection des mensonges dans les médias. Les journalistes centrafricains et les bloggeurs suivent une formation spéciale dans ces domaines. Ce n’est cependant pas suffisant. Ce qu’il faut, c’est la sensibilisation de la population au fait de la capacité manipulatrice.

Il faut rester vigilant et ne pas croire aux ouï-dire. Il faut être prêt à des fausses nouvelles en vue des élections présidentielles et législatives qui approchent. Car, la France ne laissera jamais tomber une opportunité de cracher des mensonges sur tout ce qui est cher aux Centrafricains.

Commentaires

commentaires