Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: les habitants de la Basse-kotto appellent à la réhabilitation du tronçon Alindao-Mobaye en totale dégradation

Par Fiacre SALABE

Etat de route réliant Alindao-Mobaye dans la Basse-kotto en RCA@photo Fiacre Salabé
Etat de route réliant Alindao-Mobaye dans la Basse-kotto en RCA@photo Fiacre Salabé

Bangui 3 janvier 2020— (Ndjoni Sango) : Il ne se passe pas un seul mois pour que les populations de la Basse-Kotto puissent enregistrer ces derniers temps, quelques cas d’accidents de circulation liée à l’état de dégradation avancée du tronçon qui lie la ville d’Alindao à Mobaye. Les habitants de ces localités appellent les autorités de Bangui à tout faire pour réhabiliter cette route qui selon eux constitue l’unique voie qui qui favorise l’économie de la région de Basse-Kotto.

Sur les 120 Km liant la ville d’Alindao et Mobaye, un véhicule fait pratiquement deux jours de route avant d’arriver à destination, à cause de la dégradation des infrastructures routières. Ce problème ne se trouve pas seulement sur le tronçon Alindao et Mobaye, mais plutôt l’ensemble des routes qui joignent quasiment toutes les villes de la Basse-kotto

Les agriculteurs de la localité de la Basse-Kotto aussi ne cessent de se plaindre car, il leur est toujours difficile d’acheminer leurs produits agricoles pour vendre dans certaines villes de la région. Certains d’entre eux interrogés par la rédaction de Ndjoni sango appellent le gouvernement à organiser la foire agricole dans leur localité, permettant la réhabilitation des routes qui jonchent les villes de la Basse-kotto en général.

Cette même plainte des populations de la Basse-kotto pour l’état de dégradation des routes a été partagée par les transporteurs qui pour eux, le gouvernement semble délaisser les populations qui sont dans certains recoins du pays.

Même son de cloche entonné par un octogénaire interrogé par la rédaction de Ndjoni sango à Alindao qui laisse croire que c’est depuis plus de trois décennies que le gouvernement n’a pas pu réhabiliter les infrastructures routières dans leur localité.

« Il y a plus de trois jours que nous avons quitté Alindao pour Mobaye où on a foncé dans la boue parce que l’état de route n’est pas du tout praticable. Pour quitter Bangui jusqu’à Mobaye, il nous faut pratiquement deux semaines mais nous demandons au gouvernement de penser à la situation des routes dont nous vivons ici», a expliqué Alain Zoula, un des transporteurs.

Tout porte à croire que l’appel de la réhabilitation du tronçon Alindao-Mobaye lancé par les populations de la Basse-kotto, serait d’ores et déjà perçu par le gouvernement.

Toute fois, les autorités de Bangui s’emploieraient à la résolution de ce problème d’infrastructures routières qui minent le développement de la Basse-kotto en général, en attendant de projeter sur d’autres régions du pays où ce même souci se fait sentir.