Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA : Plainte des populations de Bossangoa sur la flambée du prix des denrées alimentaires

Pont de l’Ouham à Bossangoa

Par Fiacre SALABE

Bangui 26 juillet 2019— (Ndjoni Sango): Depuis plusieurs semaines, la population de la ville de Bossangoa située dans le nord du pays ne cesse de se plaindre de la hausse vertigineuse des prix du manioc sur le marché. La présence massive des ONG humanitaires dans la ville, l’exploitation de l’or et de diamant dans la localité en sont quelques raisons, selon la population.

Huit personnes sur dix ne disposant pas assez de revenu n’arrivent pas à manger à leur faim aujourd’hui dans la ville de Bossangoa.  La flambée du prix de manioc et d’autres produits vivriers comme la viande rend la vie chère.

Selon certains habitants de la ville contactés par Ndjoni Sango, la présence des ONG humanitaires y compris la poussé des chantiers de l’or et de diamant dans les villages environnants constituent la véritable cause de de la hausse des prix à Bossangoa.

« Ça fait plus de trois mois aujourd’hui que les prix du manioc ne font que s’accroître du jour au lendemain. Auparavant, nous achetons la cuvette du manioc à 1000 FCFA mais maintenant avec la venue des personnes qui travaillent dans les ONG internationales et le système des nations unies, tout à changer sur le marché. Ces gens qui travaillent dans ces ONG et le système des nations unies ne discutent pas les prix des produits sur le marché. Et du coup, lorsqu’un natif n’ayant pas tellement de moyens, n’aura pas la possibilité de s’acheter de quoi à nourrir sa famille. Les vendeurs même de fois se permettent de dire que nous, on ne vend pas nos produits aux populations locales mais plutôt aux ONG car ils payent bien. Donc à ce niveau, y a déjà problème. » A expliqué Eliane Ndozim, une habitante au quartier Nguébé à Bossangoa.

Certaines personnes pointent du doigt les activités minières aux alentours de la ville de Bossanngoa qui font que les gens délaissent aujourd’hui les activités agricoles au détriment de ces chantiers.

« Cela ne m’étonne pas si les prix des produits vivriers en général et le manioc en particulier galopent sur le marché. Aujourd’hui, on a plus de deux chantiers d’exploitation de l’or, un au village Benzambé au pk 52 sur l’axe Bossangoa Batangafo et un autre se trouve au village Gbélé sur le tronçon Bossangoa Bangui. La majorité des gens ici à Bossangoa se trouvent dans ces chantiers que ce soit chasseurs ou cultivateurs pour exploiter de l’or. Ce qui fait que la production agricole a baissé d’un cran, et pour trouver maintenant du manioc sur le marché ce n’est pas du tout facile», a martelé Crépin Féidangamon, commerçant à Bossangoa.

De surcroît la montée du prix des denrées alimentaires sur le marché à Bossangoa, on constate également  la malnutrition qui accable la santé des enfants dans quasiment toute la localité.