Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: affaire Mapenzi, l’opposition exige la levée de l’immunité et des poursuites judiciaires

Par Cyrille YAPENDE

les leaders de l’opposition politique centrafricaine @photo Cyrille Yapendé

Bangui 2 mars 2020—(Ndjoni Sango) : La Coalition de l’opposition démocratique (COD-2020) brise le silence sur l’affaire Mapenzi qui continue de couler tant de salives dans le pays. Les membres de cette coalition ont fait un geste de pieds aux députés en éveillant leur « conscience et un sens patriotique élevé lors de la prochaine session ordinaire » pour exiger la levée de l’immunité et des poursuites judiciaires contre Jean Symphorien Mapenzi, 1er Vice-président de l’Assemblée nationale.

C’est un avis rendu public le lundi 2 mars, lors d’un point de presse animé par certains leaders des partis d’opposition et membres de la COD-2020 dont Anicet Georges Dologuele est le président.

Cette coalition d’opposition démocratique n’est pas restée en marge des actualités brûlantes du pays, au cours d’une réunion en date du 26 février 2020, les partis politiques d’opposition qui sont dans cette plateforme ont analysé la situation du pays sur les plans politique et sécuritaire et en ont tiré plusieurs conclusions dont l’affaire Mapenzi où ces derniers ont présenté un réquisitoire accablant à son encontre.

« C’est avec consternation que la COD-2020 a appris, à travers une audio largement diffusée, l’aveu de la deuxième personnalité de l’Assemblée nationale en la personne de l’honorable député Jean Symphorien Mapenzi dans le truquage du vote de projet de loi des finances 2020 », c’est sur ces termes d’entrée de jeu qu’ils ont défini le député de Bimbo2.

Ces derniers ne sont pas limités sur les différentes séquences audio et le truquage du vote de loi des finances 2020 à l’Assemblée nationale.

« la même personnalité avoue avoir déjà usé de la même pratique pour permettre au Premier ministre actuel de bénéficier du vote de confiance des députés à l’issue de la présentation de son programme de gouvernement. Ces pratiques donnent des indications sur le comportement des personnalités élues à la tête de l’Assemblée nationale, dont la moralité est sujette à caution », ont-ils avoué sans langue de bois dans leur déclaration.

Pour ces faits précités, la COD-2020 condamne ces « mauvaises pratiques » qui sont selon eux assez révélatrices du fonctionnement de tout le régime. Elle en appelle aussi à la vigilance, les élus de la nation pour le renouvellement imminent du bureau de l’Assemblée nationale, ainsi qu’à celle du peuple centrafricain, de la presse et de la Communauté internationale pour les élections générales qui se pointent à l’horizon.

Dans ce sens, la COD-2020 sollicite de tous les députés un éveil de conscience et un sens patriotique élevé lors de la session ordinaire qui ouvre ce lundi 2 mars pour exiger.

« des sanctions disciplinaires contre Jean Symphorien Mapenzi ; la levée de son immunité et des poursuites judiciaires à son encontre ; la publication des résultats des différentes enquêtes parlementaires effectuées récemment et la destitution du Président de l’Assemblée nationale, qui n’a aucune emprise sur la gestion de cette institution et qui s’est résolument mis à la solde de l’exécutif », a déclaré Raymond Adouma, porte-parole de la COD-2020.

Sur les nominations des Autorités administratives dans les provinces, les partis et associations politiques de l’opposition jugent particulièrement « graves et inacceptables l’amateurisme et la légèreté de l’exécutif », qui selon eux ont pris un acte réglementaire sans aucune précaution en nommant dans les provinces des personnes décédées, des députés élus et des doublons.

Par ailleurs, ils ont qualifié le contenu de ces nominations traduites, une fois de plus, la volonté du Président de la République de leur éloigner des règles démocratiques et procéder à une stratégie savamment conçue par lui pour assurer son maintien au pouvoir.

La coalition d’opposition démocratique dite COD-2020 est une nouvelle plateforme politique qui regroupe plusieurs partis d’opposition, a vu le jour le 11 février 2020. Son objectif se veut défenseur de la démocratie et du droit des citoyens à la paix.