Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: échanges de Touadera avec les anciens de chefs d’Etat, un bon signe pour la paix ?

Par Erick NGABA

 Les anciens présidents Michel Djotodia et François Bozizé, image d’illustration

Bangui, le 27 janvier 2020—(Ndjoni Sango): Le Président de la République, Faustin Archange Touadera, a reçu, au tour de rôle, les anciens de l’Etat centrafricain à savoir Michel Djotodia, Catherine Samba-Panza, François Bozizé et Alexandre Ferdinand Nguendet, au palais de la Renaissance à Bangui. Durant les différents échanges, ils ont de part et d’autres mis l’accent sur leur contribution à la mise en œuvre de l’accord de paix, le statut des anciens chefs de l’Etat, et les échéances électorales prévues fin 2020.

Aussi comme la population centrafricaine dans sa majorité, la communauté internationale a salué la vision politique du président Touadera qui tend la main à ses prédécesseurs, acteurs clés dans le processus de pacification de la République centrafricaine.

C’est ainsi que dans leur communiqué conjoint, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), l’Union africaine, l’ONU se sont félicités de ces déférentes rencontres de haut niveau à la président de la République centrafricaine. Car, pour ces institutions internationales, cette rencontre s’inscrit dans la dynamique de la mise en œuvre de l’accord de paix.

Cette différente rencontre des chefs de l’Etat centrafricain, les anciens avec celui en exercice, semble être un bon signe du retour de la stabilité et de la réconciliation nationale dans le pays.

Car, ils constituent une force non négligeable dans la restauration de la paix en RCA, si et seulement s’ils s’engagent de bonne fois, pour contribuer à leur manière à ce processus.

De Djotodia à Nguendet, selon l’ordre protocolaire de la rencontre au palais de la Renaissance, des discours tenus par ces anciens chefs de l’Etat au sortir des échanges avec le président en exercice, ont donné le signe de bonne collaboration en faveur de la paix.

Il suffit de concerter les efforts avec un esprit patriotique pour que la République centrafricaine puisse retrouver la stabilité afin d’enclencher les grands chantiers du développement.

Aujourd’hui, le peuple centrafricain attend de ces acteurs politiques, la mise en pratique de leurs discours, de leur engagement, de leur bonne volonté, et de leur contribution au processus de paix.