Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: le parti CAPNCA dévoile les grands axes de ses projets de société

Par Cyrille YAPENDE

Serge Ghislain Djorie, Président du parti CAPNCA@photo Cyrille Yapendé
Serge Ghislain Djorie, Président du parti CAPNCA@photo Cyrille Yapendé

Bangui 19 janvier 2020—(Ndjoni Sango) : Le Collectif d’Alternance pour une Nouvelle Centrafrique (CAPNCA), parti de Serge Ghislain Djorie  a échangé le samedi 18 janvier avec la presse sur ses ambitions politiques basées sur plusieurs volets, visant à cibler un certains nombres de point de relèvement de la République Centrafricaine.

Engager en politique depuis 2015, le parti CAPNCA met déjà le train en marche à 11 mois des élections couplées. C’est dans cette optique que le leader de ce parti a fait les points sur sa vision politique axée sur plusieurs points entre autres la défense et sécurité, l’éducation, le renseignement, l’agriculture et l’élevage, la nouvelle politique de la relation extérieure et la revalorisation de la politique sociale.

Serge Ghislain Djorie, Président du parti CAPNCA compte développer sa vision de la défense d’urgence si le peuple lui accorde son suffrage.

« C’est d’aller très rapidement en urgence vers la construction des villes militaires en basant sur les zones de défense à l’ouest, au nord, au sud et à l’Est. La dotation des forces de défense avec les moyens logistiques et l’augmentation du budget alloué aux ministères de la défense et de la sécurité intérieure pour sa montée en puissance mais aussi, nous allons ouvrir de nouveau l’école militaire des enfants de troupes qui forme des cadres compétents dans le domaine de la défense et l’école des officiers avec une chargée de l’aviation militaire et d’autres écoles d’application en matière de la défense et de sécurité », a-t-il fait savoir.

Sur le point de la sécurité, le leader du parti CAPNCA compte doter les gendarmes et les policiers en  logistique et matériel performant afin de mieux exercer leur mission régalienne.

Selon lui, la mise en place d’un organe d’identification de toutes personnes qui vivent sur le sol centrafricain ou bien qui rentrent et sortent à travers les frontières arienne, fluviale et terrestre, avec la création d’une base de donnée permettant cette identification.

Politique extérieure selon CAPNCA

Pour rehausser le niveau de la politique extérieure, Serge Ghislain Djorie souhaite réviser les accords multilatéraux et bilatéraux avec les pays amis de la République Centrafricaine.

« L’affectation des représentants diplomatiques sur les critères de compétence, parce qu’on ne peut pas envoyer les gens sans pour autant ils aient le minimum de compétence. L’allocation d’un budget spécial dans chaque Ambassade, parce si vous allez dans les Ambassades, on ne voit pas l’image de notre pays donc cela, nous proposons un packet d’enveloppe à la fin du mois pour vendre l’image du pays à travers les Ambassades », a-t-il proposé.

Le Président de CAPNCA veut créer aussi une agence nationale des  Centrafricains de l’étranger pour faciliter la tâche à ceux qui désirent créer des entreprises en Centrafrique.

Pour la revalorisation de la politique sociale et sanitaire, le parti CAPNCA propose la revalorisation et le déblocage des salaires sans condition. Pour lui, le revenu social doit suivre dans un pays normal le coup de vie.

« Depuis 1982 jusqu’aujourd’hui, aucune revalorisation et actuellement vous voyez les fonctionnaires qui se constituent en mendiant. Donc il est important de revaloriser et débloquer les salaires afin de permettre aux fonctionnaires de mieux vivre », a-t-il conclut.

Le leader du CAPNCA profite de l’occasion pour appeler les militants du parti KNK et ceux du MCU à se ressaisir sur la problématique de la rencontre de l’ancien Chef d’état, François Bozizé et l’actuel de Président de la République, Faustin Archange Touadera. Il appelle la population à rester calme et à observer sans avoir peur.

A titre de rappel, le Parti, Collectif d’Alternance pour une Nouvelle Centrafrique qui a pour obédience le développement, a été crée en 2013 après la prise de pouvoir en force de la coalition rebelle de la Seleka qui a renversé le Président Bozizé le 24 mars 2013.