Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: retour des forces de l’ordre à Kouï, au fief des 3R de Sidiki

Par Erick NGABA

L’installation des policiers et gendarmes dans la ville de Kouï, par la ministre résidente de la Nana-Mambéré, Virginie Baîkoua

Bangui 18 mars 2020—(Ndjoni Sango) : Le gouvernement centrafricain a dépêché une mission de cinq jours au Nord-ouest de la RCA, pour le déploiement progressif des forces de sécurité intérieures, dans le cadre du retour de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national. C’est la ministre de l’action humanitaire et de la réconciliation nationale, Virginie Baikoa, qui a dirigé cette mission ayant permis de réinstaller les commissariats et brigades de Koui et de Ngaoundaye, zone sous contrôle du Retour, Réclamation et Réhabilitation (3R) de Sidiki Abbass.

La signature de l’accord de paix du 6 février 2019 entre le gouvernement centrafricain et les 14 principaux groupes armés, permet aujourd’hui le retour progressif de l’autorité de l’Etat notamment, dans les zones contrôlées par des groupes armés.

Même si certains groupes armés ne respectent pas encore les clauses de cet accord, d’autres prouvent leur volonté et engagement de laisser la paix s’installer dans le pays. C’est ainsi qu’au Nord-ouest du pays, région sous contrôle des éléments du mouvement 3R, l’autorité de l’Etat s’affirme.

En effet, la ministre Virginie Baikoua, en sa qualité de ministre résident de l’Ouham Pendé, a conduit la mission de déploiement progressif des forces de sécurité intérieures dont la police et la gendarmerie dans la ville de Kouï et celle de Ngaoundaye.

La mission composée de l’Inspecteur central de police, Jean Claude Zoubanda, le commandant Directeur des opérations, Rodrigue Tengaina, ainsi que le commandant du troisième groupement de la gendarmerie territoriale de Bouar, vise à installer les commissariats de police et les commandants de brigade de Koui et de Ngaoundaye.

Le retour de ces institutions de l’Etat permet au gouvernement, d’assurer la sécurité de la population de ces zones. Signataire de l’accord de paix avec le gouvernement, le leader du mouvement 3R, Sidiki Abbass, a pris l’engagement de coopérer avec le gouvernement légal, pour le retour de la stabilité dans la zone sous son contrôle, en renonçant aux hostilités armées.

Si aujourd’hui, les forces de l’ordre déployées par le gouvernement font leur retour dans cette zone, cela explique, que l’autorité de l’Etat finira par s’installer dans toutes les zones du pays qui sont sous la coupe des groupes armées.