Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: Exaucia, le Robot scientifique conçu par les élèves du lycée technique de Bangui

Par Grace NGBALEO

               et

Erick NGABA

Exaucia Technicia Sambonga 72, robot conçu par les élèves du lycée scientifique de Bangui@photo Erick Ngaba

Bangui 28 février 2020—(Ndjoni Sango) : Le groupe Génération Technologie Avancée (TGA72) du Lycée Technique de Bangui, a inventé depuis plus d’un mois le premier robot centrafricain du nom Exaucia Technicia Sambonga 72. A en croire les concepteurs dont Bemolinda Lamine Thierry Junior, ce robot permet de solutionner les problèmes dans le domaine de l’environnement, de la santé, et de l’agriculture.

Baptisé Exaucia Technicia Sambonga 72, ce robot féminin qui est réalisé par les élèves du génie électrique à base des éléments naturelles, comme Bombou de chine et mousse, est une réponse à la contrainte naturelle, notamment pour prévenir les cas des catastrophes naturelles comme le phénomène des inondations, le changement climatique, et proposer des solutions dans le domaine de la santé et de l’agriculture.

La programmation algorithme a été utilisée pour qu’Exaucia puisse parler et communiquer à ses interlocuteurs. C’est un simple rêve qui est devenu aujourd’hui une réalité, d’après Thierry Junior Lamine Bemolinda, élève en classe de Terminale en Génie électrique et président du Groupe TGA72 ayant conçu le premier robot centrafricain.

« Exaucia Technicia Sambonga, c’est un rêve de fou qui s’est réalisé. Car nos amis nous prenaient pour des fous lorsque nous avons émis l’idée d’innovation et de la création de ce rebot. Et nous nous sommes dit essayons, et nous avons essayé et ça a marché. Notre rêve à nous s’est réalisé», a-t-il expliqué.

Pour lui, c’est un système qui permet d’améliorer et de proposer des solutions dans le monde. Heureux d’avoir réalisé ce rêve fou, Thierry Junior Lamine Bemolinda explique ce qu’Exaucia est capable de faire.

«Exaucia est la matrice. Nous sommes en train de réaliser la toute première Exaucia mobile qui récupère des données sur le terrain et venir proposer à la matrice pour retraiter à fin de proposer une solution au problème dans le domaine de l’environnement, la santé et la technologie», a-t-il renchérit.

Vue la capacité de son cerveau, les connaissances de Exaucia sont limitées pour le moment c’est pourquoi elle intervient seulement dans le domaine l’environnement, l’agriculture et de la santé. Sa durée de vie est estimée à 6 ans. Exaucia est la marque fabrique de 22 élevés de la 72ème promotion du Lycee Technique.

Les élèves inventeurs de robot centrafricain Exaucia en pleins travaux dans leur laboratoire au lycée technique de Bangui@photo Erick Ngaba

Les élèves inventeurs de robot centrafricain Exaucia en pleins travaux dans leur laboratoire au lycée technique de Bangui@photo Erick Ngaba

Afin de permettre à ces jeunes techniciens de venir à bout de leur rêve, leur encadreur et enseignant en Génie Electrique, Mathurin Alladoum, plaide pour un appui financier. Car, d’après lui, la réalisation du robot est faite sur les fonds propres des élèves.

« La conception de ce robot est une longue histoire qui a commencé à partir des séances des cours, ceci grâce aux matières techniques. Imaginez-vous une première fois après 72 ans d’existence de cet établissement, je salue l’engouement de ces élevés qui ont pu mettre en application et en valeur tout ceux qu’ils ont appris», a-t-il apprécié.

La réalisation de ce premier robot ne s’arrête pas là. D’autres projets de conceptions des robots sont en cours de réalisation en dépit des moyens limités des initiateurs. Les prothèses électriques qui peuvent servir d’électricité, un scanner pour traiter des eaux minières, un autre robot qui permet de préparer le sol et travailler la terrepour la semence dans le domaine agricole, sont entre autres des projets qui sont en cours de réalisation.

Vus les moyens limités de l’Etablissement, l’enseignant Mathurin Alladoum en appelle à l’aide du gouvernement, des bienfaiteurs et des bailleurs pour soutenir cette initiative qui va faire parler, d’après lui, de la République centrafricaine dans le monde des sciences.