Entrez vos mots clés de recherche et appuyez sur Entrée.

RCA: l’UA accorde son soutien aux femmes de la plateforme « I LONDO AWE »

Par Grâce NGBALEO

Les-representants-de-I-Londo-Awe-avec-le-commissaire-paix-et-securité-de-l-Union-africaine-Ismail-Chergui

Les représentants de I Londo Awe avec le commissaire paix et sécurité de l’Union africaine Ismail Chergui

 

Bangui 7 février 2020 (Ndjoni Sango) : dans un communiqué de presse rendu officiel à Addis-Abeba en Ethiopie le 5 février 2020 une délégation de la plateforme I LondoAwè affirme avoir le soutien de l’ambassadeur Smail Chergui, Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’Union africaine (UA), pour la campagne menée par I LondoAwè réclamant le respect du genre et de la parité dans la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation (CVJRR).

Trois membres de I LondoAwè se sont rendus à Addis-Abeba du 31 janvier au 06 février 2020 dans le cadre de ses activités de plaidoyer à l’international, pour qu’enfin la voix des femmes centrafricaines soit entendue.
Ces activistes ont participé au pré-sommet GIMAC (le genre est mon agenda), qui précède le sommet des chefs de l’Etat prévu les 9 et 10 février, auquel participera le président Faustin Archange Touadéra.

C’est dans ce contexte qu’elles ont pu échangé avec Smail Chergui sur leur objectif notamment l’avant-projet de loi sur la CVJRR en cours d’évaluation à l’Assemblée Nationale où I Londo Awè a demandé à ce qu’il soit amendé pour respecter une parité 50-50 hommes/femmes, au-delà des 36% initialement requis, a mentionné le communiqué de presse.
Selon le communiqué, suite à la rencontre tenue le 05 février dans les bureaux de l’Union Africaine Smail, Chergui a tweeté : « elles ont mon soutien sans équivoque pour leur demande légitime ».

Un soutien jugé d’indispensable par Marina Moulou-Gnatho, l’une des activistes faisant partie de la délégation « I Londo Awè en ces termes :

« à la veille de l’anniversaire de l’accord de paix, qui a été signé sous l’égide de l’UA, ce soutien est indispensable pour que les femmes centrafricaines participent pleinement au processus de paix du pays. Elles sont les plus touchées par la crise, et pourtant elles demeurent exclues des processus de retour à la paix ! »

Rencontrée pour la circonstance, Mme Bineta Diop, envoyée spéciale de l’UA pour les femmes, la paix et la sécurité, confirme à la délégation apportée aussi son soutien à la cause de « I LondoAwè ».

La CVJRR fait partie des recommandations du Forum de Bangui de 2015 et est prévue dans le cadre de l’accord de Khartoum du 6 février 2019 document de référence aujourd’hui pour le développement de la Centrafrique. Son but est de prendre en compte les dommages subis par les victimes – notamment les violences basées sur le genre – et favoriser la réconciliation nationale.