Centrafrique : 7ème édition de la foire agricole à Bouar

0
11155
exposition-des-produits-agricoles
Exposition des produits agricoles/@F.Salabé 

Par Fiacre Salabé

Bouar 18/02/17 (www.ndjonisango.net): La ville de Bouar située dans la région de Nana Mambéré à l’Ouest de Centrafrique, a abrité du 11 au 12 février la 7ème édition de la foire. Des éleveurs, agriculteurs, pisciculteurs, et commerçants venus des recoins de ladite localité ont pris part à ce grand évènement. Cette manifestation à caractère économique et sociale a mobilisé plusieurs tonnes des denrées alimentaires de toute sorte.

Organisée conjointement par le Fonds des Nations Unies pour l’Agriculture (FAO), la Caritas Centrafrique, l’ONG World Vision et bien d’autres structures locales, cette foire était axée sur la question de la sécurité alimentaire et la cohésion sociale devenues une préoccupation des populations de la Nana Maberé.

C’est dans cette vision que les ONG se sont mobilisées sous les auspices de la FAO afin de redorer le blason des activités agro-pastorales longtemps affectées par le conflit militaro-politique ayant ravagé le pays.

Plusieurs éleveurs, agriculteurs, pisciculteurs et commerçants de Bouar et des villes périphériques ont acheminé et exposé leurs produits durant les deux jours de ladite foire. Cette foire a été émaillée par les manifestations folkloriques de la localité le tout sur un fond de la flambée des prix des denrées alimentaires.

Selon Lazar Nambona, Maire de la ville de Bour, cette foire s’inscrit dans le cadre de la cohésion sociale, le vivre ensemble et la paix entre les populations de ladite région. Car la foire, un évènement à caractère régional, a permis aux agriculteurs et éleveurs de se retrouver et d’échanger leur expérience en matière des actions agropastorales. C’était un moment de satisfaction pour les populations de la région d’exposer leurs produits.

« Moi et mon petit frère, nous nous sommes organisés pour amener 15 sacs de manioc, 10 sacs d’arachide, 2 sacs de gombo sans oublier quelques ignames et poulets que nous avons pris sur nous. Et je tiens à remercier la FAO qui a bien voulu nous faciliter la tâche dans les transports de toutes ces marchandises que nous avons acheminées ici à Bouar, en sus de notre séjour qu’elle a pris en charge pendant la durée de cette fête de la moisson », s’est réjoui Boris Lékondji, cultivateur de la ville de Baboua.

Des produits agricoles de toute qualité ont été exposés, mais les prix de ces produits semblent être en hausse. C’est ce qui a pénalisé certains habitants de s’en procurer.

Mesmin Mbilité, un des consommateurs de la foire qui livre ses impressions : « Les prix fixés sur chaque produit sont tellement en hausse à telle enseigne que moi-même qui suis venu faire quelques réserves pour ma famille, je suis épuisé et pour tant, la foire est riche en denrées alimentaires. Et face à ces soucis, les organisateurs doivent au préalable faire une analyse de la situation sociale, afin de réglementer les prix pour faciliter la tâche à tous ».

Pour les organisateurs, cette foire s’inscrit dans le cadre de la lutte contre l’insécurité alimentaire dans la Nana-Mambéré et aussi une manière d’encourager surtout les agriculteurs et éleveurs à plus de travail.

« J’avoue que la FAO coordonne la tenue de cette foire de concert avec certaines ONG comme la Caritas Centrafrique, World Vision, la Fédération Maréchaire de la Nana-Mambéré ayant aussi pour domaine d’intervention la sécurité alimentaire. Joint à cela, la contribution du gouvernement à travers la mairie qui nous a octroyé les espaces et encore, la police et la Minusca qui n’ont ménagé aucun effort pour assurer la sécurisation de cette foire jusqu’à la fin », a affirmé Papé Doyari, consultant à la FAO basé à Bouar.

Vers la fin de la deuxième journée, des kits composés des pelles, houes, pioches, brouettes, machines à décortiquer y compris des semences ont été remis à huit groupements et associations des agriculteurs performants de différentes localités de la Nana-Mambéré. Cette foire est la deuxième de l’année à être organisée après celle de Bozoum tenue du 3 au 5 février dernier.

L’identité de l’auteur de l’article :

« Par Fiacre SALABE, est un journaliste en fin de formation de licence professionnelle en journalisme à l’Université de Bangui. Il est l’un des Rédacteurs de ce site d’information www.ndjonisango.net . Nous contacter doctarngaba@gmail.com +236 75 01 25 44 / +236 75 01 25 44».

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires