RCA: forte ambiance à Bangui à l’entame de l’an 2020

0
1750
Centrafrique-Bangui-Ndjoni-Sango
Une vue de la ville de Bangui en pleine circulation@Erick Ngaba

Par Grâce NGBALEO

Une vue de la ville de Bangui en pleine circulation@Erick Ngaba
Une vue de la ville de Bangui en pleine circulation @photo Erick Ngaba

Bangui 31 décembre 2019— (Ndjoni Sango): A quelques heures de  l’année 2020, Bangui la capitale Centrafricaine  bouge au rythme de la fête. Le mardi 31 décembre 2019, nous nous sommes rendus dans certaines familles, dans les lieux de commerces voir et églises, tout le monde s’active pour les préparatifs du nouvel an.

Contrairement aux années précédentes, l’ambiance est au rendez vous. La fête du nouvel an est une occasion donnée pour se retrouver en famille, en ami ou selon une certaine accointance. D’autres prennent l’occasion pour rendre grâce à Dieu pour les biens faits durant l’année écroulée.

A Bangui voire aux provinces, l’année 2020 s’annonce déjà bien pour les populations. Depuis  quelques jours, les souhaits des vœux se font aux uns et autres: « bonne année, bonne année ». Les cartes de vœux se distribuent dans les bureaux et autres lieux de rencontre.

Même si certains incidents du genre vol et braquage sont enregistrés, la sécurité publique est aux aguets pour  réprimander ces cas. On peut citer le cas d’arrestations des présumés braqueurs dans la nuit du dimanche 30 décembre par les éléments de la Compagnie Nationale de Sécurité (CNS).

L’inflation sur les marchés de Bangui

Mais des plaintes sont toutes fois enregistrées du coté du panier de la ménagère dont on constate une flambée de prix des denrées alimentaires. Par exemple le prix d’un poulet varie de 3500FCFA à 7000FCFA au marché central et à 4000FCFA dans les quartiers au lieu de 3500FCFA prix initial. Certains poulaillers au niveau des quartiers de Bangui sont vides à cause d’une forte demande d’achat. Ce qui fait que certains consommateurs se voient obliger d’acheter des  produits congelés.

L’ambiance dans les  autres lieux publics est  aussi au top, des embouteillages au niveau des circulations surtout sur les grandes avenues, Martyrs, Boganda, avenue de l’Indépendance, des conducteurs des taxis et bus, des motos taxis, des voitures et piétons se bousculent.

Des milliers de personnes qui font la queue devant les salons de coiffures  ce qui fait enrichir les propriétaires. Daniella Koézo coiffeuse et propriétaire du salon « Danie  beauté », a affirmé que « l’année 2020 sera une année de réussite, de richesse vu le nombre des clients qui fréquentent son lieu de beauté ».

 Les débits de boissons, bars dancing sont remplis des clients. Les membres des foyers que nous avons côtoyés, se livrent au nettoyage,  pour embellir leurs maisons. Certaines familles en conflit profitent de ce moment pour se demander pardon. Les enfants qui sillonnent les quartiers avec les marionnettes guise de manifestation d’une joie totale

Amélioration de la sécurité

Grâce à l’amélioration de la sécurité après la signature de l’accord de paix du 6 février 2019 entre le gouvernement et les groupes armés, la population vague librement à ses occupations. Les marchés, les commerces sont remplis des clients qui achètent des habits chaussures mèches pour s’embellir le jour de l’an.

Le commerce, la circulation vont bon train. Par exemple dans le 3ème et 5ème arrondissement de Bangui, on constate une accalmie qui règne après l’agitation du 24 au 25 au KM5 entre les groupes d’autodéfense et les commerçants ayants occasionné des pertes en vies humaines et en matérielle.

Le nommé Saint Cyr, habitant de  Bozoum, localité  situer à 385 KM de Bangui nous a témoigné de  la libre circulation sur cet axe  en  ces termes :

« J’ai quitté Bozoum  ce lundi 30 décembre 2019 à 12h et demie je suis arrivé à Bangui à 20 heure par là sans aucun incident majeure, genre tracasserie routière comme au par avant. Ce qui veut dire que c’est déjà un bon signe pour la nouvelle année qui s’annonce », a-t-il expliqué.

Ce qui témoigne de la libre circulation sur les axes reliant Bangui et les provinces. Notre source nous a fait savoir qu’à Bozoum la mobilisation est forte soit dans les coopératives agricoles, des ONG ; des familles.

A l’allure dont vont les choses, on  peut déjà déduire que l’année 2020 sera un porte bonheur pour les Centrafricains qui aspirent à la paix, surtout avec les échéances électorales du décembre 2020 qui se pointent à l’horizon.

avatar
  S’abonner  
Notifier de