RCA: l’accord de paix n’est pas caduc et les groupes réfractaires doivent s’y adhérer, selon la Minusca

0
1412
Composante porte-parole de la Minusca lors d'une conférence de presse au siège de la Mission à Bangui@photo Marly Pala

Par Marly PALA

Composante porte-parole de la Minusca lors d'une conférence de presse au siège de la Mission à Bangui@photo Marly Pala
Composante porte-parole de la Minusca lors d’une conférence de presse au siège de la Mission à Bangui@photo Marly Pala

Bangui 23 Janvier 2020— (Ndjoni Sango): « L’Accord Politique de Paix et de Réconciliation (APPR) n’est pas caduc ou encore mort. Et les groupes armés réfractaires comme le FPRC, l’UPC, le MLCJ et ceux qui violent cet accord doivent suivre l’exemple d’autres groupes qui ont donné des signes d’adhésion », déclare Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca, au cours de la conférence de presse le mercredi 22 janvier au siège de la Mission à Bangui.

Depuis la signature de l’Accord Politique de Paix et de Réconciliation du 6 février 2019, les exactions et violations des droits humains par ces groupes armés signataires dudit accord, n’ont guère cessé.

Malgré l’intervention  de la MINUSCA, déploiement des Forces Armées Centrafricaines (FACA) et la mise en place de l’Unité Spéciale Mixte de Sécurité, impliquant les forces non conventionnelles dans certaines villes de la République Centrafricaine, les hostilités gagnent du terrain.

Une situation condamnée par la MINUSCA, et qui rappelle l’effet de cet accord, d’après Vladimir Monteiro, porte-parole de ladite mission.

« Comme nous l’avons dit, le MPC, le FPRC et l’UPC ont signé un mémorandum, en demandant certains nombres de choses. La MINUSCA et les garants facilitateurs sont prêts à discuter de ces points. Mais il faut que ces discussions aient lieu ici à Bangui, que les signataires de l’accord, c’est-à-dire les responsables des groupes armés participent à ces consultations et que l’accord ne sera pas négocié. Parce qu’ils ont dit que l’accord est caduc, il n’y aura pas de renégociation possible pour cet accord qui commence déjà à porter ces fruits », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, il a rappelé l’un des acquis de l’APPR qui est le déploiement des Forces Armées Centrafricaines.

 « L’accord de paix n’a pas accouché de souris. Car il a permis non seulement le déploiement des FACA à Bria, mais aussi à Kaga-Bandoro, Alindao et ce déploiement se poursuivra. Cet accord a également permis le désarmement dans l’Ouest et la mise en place de l’Unité Spéciale Mixte de Sécurité (USMS) et a contribué à une baisse de violences. C’est vrai qu’il ya des incidents graves. Mais cet accord n’est pas mort ou caduc. Les groupes armés réfractaires comme le FPRC, l’UPC, le MLCJ et ceux qui violent cet accord doivent suivre l’exemple d’autres groupes qui ont donné des signes d’adhésion », a signifié le porte-parole. 

Signalant que la réunion du Comité Exécutif de Suivi qui devait avoir lieu le lundi, 20 janvier dernier a été reportée à une date ultérieure, faute de l’agenda chargé de la mission. Mais elle se tiendra dans un bref délai, selon l’organisation.

Il faut rappeler que cette déclaration de la MINUSCA intervient après que certains groupes armés, signataires dudit accord l’avaient qualifié de caduc.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments