RCA: Touadera face aux remous sociaux à plusieurs équations

0
2654
le président centrafricain Faustin Archange Touadera en caricature@Jimmy Nzeko

Par Erick NGABA

le président centrafricain Faustin Archange Touadera en caricature@Jimmy Nzeko

Bangui 7 Mars 2020—(Ndjoni Sango). Le mathématicien centrafricain, Faustin Archange Touadera, fait face aujourd’hui à plusieurs problèmes à tous les niveaux. Des remous sociaux se font enregistrer ces derniers temps en République centrafricaine, appelant ainsi à la responsabilité du gouvernement.
La grève des enseignants vacataires et élèves, la grève du personnel du ministère des affaires étrangères, grève du personne de la Société centrafricaine des télécommunications (SOCATEL), l’affaire des trois membres du personnel de la Minusca faisant l’objet des révoltes des activités, les scandales à l’assemblée nationale et au ministère des affaires étrangères au sujet de la délivrance du passeport diplomatique, les menaces de soulèvement des syndicats des travailleurs, voilà au tant de remous qui prennent la tête des autorités centrafricaines.
Tous ces problèmes dont on veut coller la responsabilité au président de la République, surgissent au moment où les autorités centrafricaines et la communauté internationale s’activent pour les préparatifs des élections bientôt décembre 2020. C’est du pain sur la planche. Les autorités centrafricaines ont intérêt à solutionner ces maux qui pourraient se dégénérer à l’allure où vont les choses.
Il suffit d’une instrumentalisation pour que les remous sociaux se transforment en source de déstabilisation. Il y a un adage qui dit qu’il faut battre le faire quand il est chaud. Alors, il est une impérieuse nécessité pour le gouvernement centrafricain de traiter de manière pacifique ces problèmes aux quels le peuple est confrontés aujourd’hui.
L’on ne peut s’en passer. La grève des enseignants vacataires a trop perduré. Après avertissement, et les grèves de trois jours, huit jours, ces enseignants se sont vus obligés d’observer une grève de 21 jours qui paralysent aujourd’hui les activités scolaires.
Et à l’allure où vont les choses, ces enseignants qui réclament leur intégration dans la fonction publique et leur émolument ne sont pas prêts à abandonner cette lutte.
En voyant la manière à laquelle le gouvernement gère cette, nous pouvons dire qu’il y a un sérieux problème de gouvernance notamment dans le secteur scolaire.
Ce qui est marrant, on remet tout sur la responsabilité du président de la République quand ça capote. Étant père de la nation, le président Touadera a aujourd’hui du pain sur la planche. Il a l’intérêt de voir claire dans ce qui se passe dans les administrations publiques.
A qui il faut confier la responsabilité, quel l’homme à la place qu’il faut et qui est capable de faire quoi pour chacun apporte sa pierre dans la gestion du pays.
Ce n’est pas un secret de polichinelle. Faustin Archange Touadera est entouré de beaucoup des bras cassés qui ne cherchent qu’à remplir leurs poches. Il sont pleins dans ce gouvernement dit de l’union nationale.
Le pays est aujourd’hui confronté à d’énormes problèmes qu’il faut chercher à résoudre avec d’aller aux élections qui sont encore sources d’autres problèmes.
Nous sommes à la saison sèche, bientôt le problème de l’eau potable va engendrer le mécontentement de la rue, comme l’année passé. Bref, l faut prévenir que guerrier.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments