RCA: les élections législatives partielles et second tour s’annoncent-elles prometteuses pour le MCU ?

0
75
Centrafrique-MCU-Ndjoni-Sango
Ouverture du premier congrès ordinaire du Mouvement Cœurs Unis au palais de l'omnisports à Bangui @photo Erick Ngaba

Par Mamadou NGAÏNAM

Bangui 27 février 2021—(Ndjoni Sango) : Il nous semble très difficile de comprendre les agitations de ces formations politiques qui aspirent à gérer l’Etat en se lançant dans les processus électoraux.

Avec les multiples tractations qui ont eu lieu et qui ont émaillé ce processus de bout à bout jusqu’à la validation des résultats par la Cour constitutionnelle, en passant par la proclamation par l’Autorité nationale des élections (ANE). Ces élections de 2020-2021, sont des élections très particulières en République centrafricaine.

Jamais, l’on n’a assisté à des scrutins aussi dangereux. Même au fort des troubles entre 2014-2015-2016, nous avions réussi à organiser des élections transparentes, crédibles dans des conditions apaisées et les résultats, sont acceptés par tous.

Pourquoi donc en si peu de temps, cinq ans plus tard, les données politiques ont changées ?  Et surtout changées négativement ? Certes, avec le regain des violences à l’intérieur du pays, il n’était pas aisé que ces élections se tiennent de manière sereine.

C’est pourquoi, il est question que l’ANE, procède à des partielles dans certaines circonscriptions et le second tour dans d’autres. Il suffit que ces erreurs et incohérences soient corrigées pour éviter le pire. C’est à quoi s’attèle l’ANE et les partenaires via le gouvernement.

Conscient que ces élections représentent des enjeux très vitaux pour la reconstruction de la République centrafricaine et partant de là, amorcer le développement économique de notre pays à travers des investissements extérieurs qui se bousculent à la porte de la RCA à cause de nos multiples  et variantes opportunités minières, forestières etc…

Bien que consciente de ces enjeux, l’opposition démocratique n’entend pas de cette oreille. C’est pourquoi, elle annonce d’ores et déjà, son retrait du processus électoral en ce qui concerne le second tour des législatives et les partielles. S’il arrivait effectivement que, la COD20-20 se retire de ce processus, il y a lieu de dire que, cette opposition n’est pas responsable.

C’est indirectement, une manière de lancer un clin d’œil à l’opinion internationale et aux partenaires, que ces élections sont manipulées par le régime en place quant à la question sécuritaire, nous pensons que d’ici mars 2021, il peut y avoir la sécurité sur plus de 95% du territoire national, ce qui permettrait aux candidats de battre campagne.

Pourquoi donc, refuser de s’y présenter ? Et même si cette opposition refusait, néanmoins, il y a bon nombre de partis politiques qui sont soit de l’opposition, soit de la majorité qui vont y aller. Ceci dit, le MCU, ne sera pas le seul mais, il aura l’avantage de rafler les sièges où il part concurrent avec les candidats des partis de la COD 20-20. Et enfin de compte, la future Assemblée nationale multicolore, serait bien représentative pour siéger au nom du peuple.

Et donc, le combat semble perdu d’avance pour la COD 20-20 si elle s’obstine à se retirer effectivement du processus électoral.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires