RCA: lancement du projet européen d’appui à la modernisation de l’état civil

0
177
lancement du projet européen de modernisation de l'état civile @crédit photo Marly Pala

Par Marly Pala         

Bangui 14 mai 2021—(Ndjoni Sango) : Pour donner une chance aux enfants qui n’ont pas d’acte de naissance d’en bénéficier, l’Union européenne appuie le ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation à travers le projet européen d’appui à la modernisation de l’Etat civil en République centrafricaine. Le lancement officiel de ce projet a eu lieu le vendredi 14 mai sur le jardin du Building administratif de Bangui.

Après les crises qui ont secoué la République centrafricaine, seulement un tiers des enfants détient un Acte de naissance. Et pour répondre à ce grand défi, afin de faciliter l’accès à la vie sociale des enfants, l’Union européenne a financé à hauteur de près de 5 millions d’euros, le premier projet européen d’appui à la modernisation de l’Etat civil en République centrafricaine.

Ce projet va durer 35 mois et son exécution a déjà commencé depuis la fin de l’année dernière, selon Samuela Isopi, l’ambassadrice de l’Union européenne en Centrafrique : « Ce projet pilote revêt pour nous, une double importance, en termes de plus-value dans le cadre de notre coopération avec la République centrafricaine. D’abord, au niveau administratif, puisqu’il permet à l’Etat d’avoir une maîtrise sur la question, très sensible et combien actuelle, de la nationalité. Mais également au niveau de la dignité des citoyens pris en charge et des droits fondamentaux qui sont associés à la citoyenneté. Il couvre 24 communes et 4 préfectures Ombella-M’Poko, Nana-Mambéré, Ouham-Péndé,  Bangui et a vocation à s’étendre à l’ensemble du territoire, grâce à un appui institutionnel et il permettra donc, à terme de changer fondamentalement l’état de la situation, avec la reconstitution dans un premier temps d’environ 150. 000 nouveaux Actes civils », a-t-elle précisé.

Elle a par ailleurs rappelé que l’état civil est nécessaire pour administrer un pays, pour la démocratie, grâce à l’établissement des listes électorales ; pour le développement comme base de données de la mise en place de politiques en matière de santé et éducation.

Une réjouissance pour Augustin Yangana-Yahoté, ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation, qui affirme l’importance de ce projet : « Je me réjouis de prendre la parole pour le lancement de ce projet. Vous savez, le système d’enregistrement des faits d’Etat civil et des statistiques vitales, a connu de nos jours, une grande évolution dans le monde en général et en Afrique en particulier. Cette action va certainement permettre à mon ministère, avec l’appui technique de CIVILPOL-RCA, de travailler sur les volets institutionnels et opérationnels pour la mise en place d’un système d’Etat civil moderne, universel et efficient, en vue d’atteindre d’ici la fin du projet, un taux d’enregistrement de naissance de 45 ou 50 pour cent dans la zone cible du projet », a détaillé le membre du gouvernement.

Il convient de signaler que ce projet pilote financé par l’Union européenne a déjà touché 25 familles au niveau de l’école préfectorale de Bimbo et intervient au moment où plusieurs enfants à l’âge d’aller à l’école ont besoin d’acte de naissance pour être reconnus dans l’administration centrafricaine.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires