RCA: Faux, « nous n’avons pas négocié au président Touadera la participation de Bozizé au dialogue » rétorque le commissaire de l’UA

0
668
Les membres de la délégation de la mission conjointe ONU, UA, UE, CEEAC à Bangui @crédit photo Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 4 juin 2021—(Ndjoni Sango): La délégation conjointe de haut niveau composée de l’ONU, Union africaine, Union européenne, et la CEEAC, ont rejetté en bloc l’information de Jeune Afrique sur le dialogue en préparation en République centrafricaine. Au cours d’une conférence de presse conjointe tenue le vendredi 4 juin à Bangui, le commissaire aux affaires politique, paix et sécurité de l’Union africaine, Bankole Adeoye, qualifie de fake news l’article de Jeune Afrique évoquant une supposée pression diplomatique sur le président Touadera pour faire participer le chef rebelle de la CPC, François Bozizé, à ce dialogue.

Dans un article réservé aux abonnés, le journal web Jeune Afrique a titré « Dialogue avec Bozizé en Centrafrique : Touadera sous pression diplomatique ». Dans cet article, le journal évoque la mission conjointe des hauts responsables de l’Union Africaine (UA), de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), des Nations Unies et de l’Union Européenne (UE) qui ont entamé depuis le 2 juin, une visite à Bangui, dans le cadre des consultations régulières entre les quatre organisations et les autorités centrafricaines sur le processus de paix en RCA.

Selon Jeune Afrique, la délégation a eu des échanges avec le président centrafricain pendant plusieurs heures. Le journal a fait savoir que la délégation a fait une pression sur le président Touadera pour l’organisation d’un dialogue inclusif avec la participation de l’ancien président François Bozizé aujourd’hui Coordonnateur de la rébellion CPC. C’est une information que la délégation balaie d’un revers de main et qualifie de fake news.

«Cette information est totalement fausse. Nous n’avons même pas parlé de l’ancien président Bozizé. Nous n’avons pas négocié au président Touadera pour Bozizé. Nous avons invité toutes les parties prenantes que nous condamnons fermement tous ceux qui ont pris les armes pour conquérir le pouvoir de l’Etat. Nous ici présents, nous ne travaillons pas pour Bozizé. Nous sommes là pour promouvoir la paix. Nous ne pouvons pas être le porte-parole de l’insurrection. Nous pouvons parler uniquement au nom de la démocratie », a indiqué l’Ambassadeur Bankole Adeoye, Commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, membre de la délégation qui insiste, toutefois, sur le dialogue inclusif.

Le Commissaire Bankole Adeoye d’ajouter que : « Nous avons parlé au président Touadera de la violation des droits de l’homme. Il y a des supposées violations des droits de l’homme. Il nous a rassuré qu’il va mener des investigations pour cela. Nous l’avons aussi parlé de la restriction de la liberté. Et, il nous a rassuré qu’il n’a pas un seul prisonnier politique en prison. Et nous le prenons au mot. Parce que nous croyons en la démocratie et la bonne gouvernance. L’information de Jeune Afrique, c’est ce que nous appelons des fake news. Ce n’est pas la CPC qui nous a envoyé ici pour parler en son nom ».

Durant cette visite de 3 jours en terre centrafricaine, la mission conjointe a eu des entretiens avec les représentants de partis politiques de la majorité présidentielle et de l’opposition, avec des membres de la société civile, de la plateforme religieuse, des femmes et des jeunes ainsi qu’avec des diplomates en poste à Bangui, notamment les facilitateurs de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA (APPR).

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments