RCA: Talitha Koum remonte les bretelles à François Bozizé et lui rappelle ses innombrables crimes

0
213
Centrafrique-Talitha-Koum-Ndjoni-Sango
Blaise Didacien Kossimatchi, Coordonnateur Général de Talitha Koum Centrafrique

Bangui 4 Janvier 2022—(Ndjoni Sango) : Dans une déclaration fracassante à la presse ce mardi à Bangui, le Mouvement Talitha Koum Centrafrique revient à charge contre le coordonnateur de la rébellion CPC, François Bozizé. Le Mouvement contre-attaque l’adresse de l’ancien président centrafricain aujourd’hui dans le maquis et lui rappelle ses multiples crimes commis contre la population.

DECLARATION DE TALITHA KOUM CENTRAFRIQUE SUITE A L’ADRESSE MALICIEUSE FAITE A LA NATION VIA LES RESEAUX SOCIAUX AU PEUPLE CENTRAFRICAIN A L’OCCASION DU NOUVEL AN 2022 PAR LE GUERILLEROS FRANçOIS BOZIZE YANGOUVONDA

Centrafricaines, centrafricains, très chers compatriotes,

A l’instar de toute la communauté nationale et internationale, TALITHA KOUM CENTRAFRIQUE a suivi l’allocution emprunte de menaces voilées du sanguinaire et antidémocrate François BOZIZE YANGOUVONDA prétendument adressée à la nation centrafricaine à l’orée de la nouvelle année 2022.

La lecture entre les lignes de ce discours cousu de mensonges à l’endroit du Président Faustin Archange TOUADERA, de rancune envers ses anciens amis politiques devenus aujourd’hui ses ennemis à cause de son orgueil et sa soif du pouvoir qu’il veut ad vitam aeternam, de démagogie tendant à se victimiser alors même que c’est lui qui est la cause principale de la crise que le peuple centrafricain subit injustement, d’ultra tribaliste  avec un prétendu clin d’œil aux Gbayas alors que c’est lui-même qui les expose et leur en veut de soutenir l’actuel régime, ce qu’il qualifie de lèse-majesté.

BOZIZE a quelle leçon de bonne gouvernance, quelle leçon de démocratie à apprendre et à qui ?

II ignore que le fait pour TOUADERA d’avoir accepté son retour in catimini comme un rat orchestré par la France via l’Ouganda sur le territoire national est un acte qui atteste de la volonté de réconciliation de tout le peuple voulu par le Président TOUADERA ?

BOZIZE est-il au-dessus de la Loi pour faire des réprimandes à la Cour Constitutionnelle pour avoir retoqué sa candidature qui ne réunissait d’ailleurs aucuns des critères exigés par la loi électorale ?

BOZIZE reconnait qu’il a des complices et hommes de main pour lesquels il se positionne en avocat défenseur, les  MECKASSOUA, DOLOGUELE, ZIGUELE, ZINGAS et consorts qu’il cite pêle-mêle sont réellement des prisonniers en sursis. Il feigne de les soutenir alors que c’est lui qui les a mis dans une situation de hors-la-loi en les entrainant dans son jeu périlleux de déstabilisation des institutions de la République comme à son habitude.

En moins de deux décennies BOZIZE a été à l’origine de nombreux coups de force contre le peuple centrafricain et il persiste et signe en dépit de la volonté affichée du Président Faustin Archange TOUADERA d’aller au dialogue républicain et à la réconciliation définitive du peuple centrafricain.

L’appel à SARANDJI, Président de l’Assemblée Nationale, pour plaider auprès du Président TOUADERA montre la duplicité de l’homme qui estime que la République doit fonctionner sur des critères d’affinité et de liens de sentiments comme il en a eu l’habitude.

Non, le peuple a compris et ne se laissera plus jamais manipuler par BOZIZE, la CPC et ses acolytes.

La place de BOZIZE est dans les quatre murs de la maison carcérale de NGARAGBA ou à la CPI.

Ce sanguinaire multirécidiviste doit être traqué, menotté et mis aux arrêts pour enfin répondre des multiples charges qui pèsent sur lui pour sa responsabilité dans les graves crises qu’il a imposées au pays.

Ses acolytes à savoir MECKASSOUA, ZIGUELE, DOLOGUELE, ZINGAS et autres qui pavanent et déambulent librement doivent dans les meilleurs délais être mis aux arrêts pour que lumière soit faite sur leur part de responsabilité dans les tribulations qu’ils ont imposées au peuple centrafricain.

L’heure de l’impunité a sonné et les victimes de BOZIZE réclament  justice.

Les victimes en commençant par les parents de Charles MASSI qu’il a assassiné et jeté au lac des Caïmans, les parents du Colonel Christophe GRELOMBE et son fils le sergent-chef Martin YANDO qu’il a froidement assassiné sans compter le Général DJADDER, les parents de l’avocat GOUNGAYE , les parents du sergent SANZE, aide camp de TIANGAYE à l’époque, les victimes de GUATANAMO de BOSSEMBELE( Maison de tortures, Viols et de liquidations BOZIZEENNE) ,l’assassinat de l’abbé Jean Claude KILAMONG à BOSSANGOA en 2003,viol de madame BALEMBY à la Prison de BOSSEMBELE, incendie organisée des maisons des diacres de l’église Protestante de KINA dans le 6ème Arrondissement de Bangui bref tous les parents des victimes de BOZIZE qui se comptent en millier doivent  se mobiliser pour que justice leur soit rendue.

Nous demandons aux autorités tchadiennes d’empêcher à ces hors-la-loi de se servir de son territoire comme base-arrière pour leurs actes criminels contre le peuple centrafricain. Elles doivent aider les autorités centrafricaines à mettre hors d’état de nuire les criminels et bandits de grand chemin BOZIZE, ABAKAR SABONE (l’Apatride ) et leurs acolytes.

Un réfugié politique n’a pas le droit relativement à la convention de Genève de poser des actes criminels sur le territoire d’un  pays d’accueil.

Comme disent les latins « OMNIS QUI PERCUSSERIT GLADIUM GLADIO MORIETUR » autrement-dit « QUI TUE PAR L’EPEE MOURRA PAR L’EPEE ».

Fait à Bangui, le 04 Janvier 2022

Le Coordonnateur National de TALITHA KOUM Centrafrique, Membre du Réseau International de TALITHA KOUM basé à Rome en Italie

Blaise Didacien KOSSIMATCHI

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires