RCA: adoption de la loi ratifiant la convention de Rome sur les biens culturels volés ou illicitement exportés

0
62
La ministre centrafricaine du tourisme, des arts et culture, Jennifer Saraiva Yanzeré devant le parlement @crédit photo Cyrille Yapendé

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 31 mai 2022—(Ndjoni Sango) : Les députés ont adopté le 25 mai par acclamation et à l’unanimité le projet de loi autorisant la ratification de la convention de Rome du 24 juin 1995, sur les biens culturels ou illicitement exportés. Ledit projet de loi a été défendu par la ministre des arts, de la culture et du tourisme, Jennifer Saraiva Yanzeré.

Après des débats en plénière, sous l’égide du président de l’Assemblée nationale, Simplice Mathieu Sarandji, les élus de la nation ont voté par acclamation ce projet de loi.

Dans sa défense, Jennifer Saraiva Yanzeré, ministre des arts, de la culture et du tourisme a indiqué aux députés que le patrimoine culturel est, de nos jours, considéré comme un témoignage des réalisations de l’humanité, une source de connaissance que chacun se doit de préserver, d’en jouir et de transmettre aux générations futures.

Mais malheureusement, elle a poursuivi que le constat a démontré qu’au moins chaque jour, le patrimoine ne cesse de subir des menaces et des attaques de tous ordres, à savoir: les pillages sur les sites archéologiques, le viol des objets d’art dans les musées, les prélèvements illicites des biens sur les sites naturels, culturels et mixtes.

«Tous ces phénomènes de spoliation continuent de connaitre aujourd’hui une ampleur sans précédent au point qu’aucun pays au monde n’est épargné de ce phénomène », a-t-elle ajouté.

Dans les échanges avec les députés, un groupe parlementaire à savoir Emergence et deux autres interventions à titre individuel ont été enregistrés. Les députés qui ont intervenu pour s’interroger sur les dispositions prises par le département des arts pour la demande de restitution des biens culturels, l’identification des ayants-droit des créateurs des biens culturels, le manque des infrastructures à part le musée BOGANDA ou encore la possibilité d’ élargir le champ des recherches vers d’autres pays autres que la France, la Belgique ainsi que l’Allemagne qui avait, avant la colonisation juridique sur l’ancienne Haute-Sangha.

Après le vote, la ministre exprime sa joie en ces termes : « Nous sommes vraiment ravis. Je pense que c’est un travail qui a duré un temps déjà pour arriver à la ratification de cette convention. Nous sommes dans les normes maintenant, on a du pain sur la planche aujourd’hui, on a du travail à faire, c’est un processus », a-t-elle signifié avant d’ajouter que beaucoup de ces patrimoines se trouvent énormément ailleurs.

« Il faut qu’on fasse la réhabilitation de notre musée pourquoi pas en construire un autre, c’est cela le réel problème. Mais après, il faudrait recevoir les biens. On a beaucoup de travail à faire pour le rapatriement de nos objets d’art », a-t-elle conclu.

Le vote de cette loi intervient à quelques jours de la clôture de la première session ordinaire de l’Assemblée nationale de 2022 prévue le lundi 30 mai 2022.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires