Maître Mathias MOROUBA désormais dans le starting-block pour la présidentielle

0
10818

IMG_20151017_153230Longtemps activiste des Droits de l’Homme, le samedi 17 octobre 2015, à son siège sis à la cité Christophe à Bangui, Me Mathias Barthelemy MOROUBA, âgé de 46 ans; s’est déclaré candidat indépendant à la prochaine élection présidentielle en République Centrafricaine. Il s’est présenté comme un apprenti politicien qui va travailler pour les centrafricains de toutes les ethnies et de toutes les confessions religieuses.

Un parterre de sympathisants parmi lesquels, on pouvait compter quelques membres de la communauté musulmane. C’est une foule de personnes venues des quatre coins du pays qui a pris part à cette cérémonie de déclaration de candidature de cet avocat de formation. La cité Christophe située dans le premier arrondissement de Bangui a ainsi vibré ce samedi après-midi. On compte environs deux cents personnes qui y étaient présentes.

IMG_20151017_153135« Notre pays a besoins d’un Etat qui doit être fort par ce qu’il aura à sa tête un Homme nouveau, intègre, courageux, proche des citoyens, qui n’a jamais été compromis dans aucun régime antérieur et qui s’est toujours battu pour la cause des plus démunis, des plus fragiles qui composent la majeure partie de la population et qui s’engage à les servir. C’est dans ce soutien de la population qu’il devra sa force et sa légitimité. Je suis celui-là car j’ai acquis la conviction qu’’un autre Centrafrique est possible », déclare Me Mathias Barthelemy Morouba à ces adeptes ; avant d’ajouter qu’il faut une Justice pour Tous ; que tout doit être fait dans l’intérêt de la population.

Posé, peu bavard, le nouveau candidat dans cette longue liste de candidatures veut apporter quelques choses de nouveau, pour dit-il : « donner un nouveau souffle au peuple centrafricain ». Et sur base de confiance « Je demande donc à chaque citoyen de m’accorder sa confiance pour relever le défi du développement dans un contexte difficile mais pas possible. Ensemble nous porterons haut le flambeau de la reconstruction de notre cher et beau pays la République Centrafricaine longtemps abandonné et méprisé», a-t-il martelé.

Titulaire de plusieurs masters parmi lesquels master en droit de l’enfant et master en liberté de la presse, Maitre Mathias Morouba fut président de la Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme. Cet avocat international aussi a aussi plaidé à la Haye dans le cadre du procès contre le leader congolais Jean Pierre BEMBA. Il s’est aussi fait remarquer durant cette crise dans plusieurs activités de la société civile à la quête de la cohésion sociale et la réconciliation entre les belligérants.

Le représentant de la diaspora centrafricaine en Afrique, Jean Olivier Mbatas, venu du Cameroun a aussi pris la parole pour lui apporter leur soutien. Les femmes musulmanes de Centrafrique n’étaient pas non plus restées en marge. Elles ont ainsi justifié leur choix porté sur ce dernier. Aussi qu’un représentant de la jeunesse s’est intervenu pour la même cause. Il est à noter que la présidentielle en République devrait avoir lieu, théoriquement avant la fin décembre 2015.

Qui est maître Mathias Barthelemy MOROUBA ?

IMG_20151017_153304Né le 24 février 1969 à Bouar (Préfecture de la Nana Mambéré), de nationalité centrafricaine, veuf père de sept (7) enfants dont deux (2) filles et cinq (5) garçons ;

Avocat au Bureau de la République Centrafricaine, membre du conseil de l’ordre fondamental de la Faculté de droit et de science politique de l’Université de Bangui, du diplôme interuniversitaire de 3eme cycle en droit fondamentaux université de Paris X-Nanterre et université de Nantes (France) et du diplôme de l’université d’été des droits de l’Homme (UEDH – Genève), spécialisation en droits économiques, sociaux et culturels ;

Professeur assistant associé, chargé de cours à l’université de Bangui (Faculté de droit et de science politique) et à la faculté privée de droit de Walombé (Bangui) ; Président de l’Observatoire Centrafricain des Droits de l’Homme (OCDH), Coordonnateur National Adjoint du Réseau des ONG de promotion et de défense des Droits de l’Homme ;

Ancien Président de la commission candidature, formation, sensibilisation et communication et vice-président de la Commission Dépouillement de la Commission Mixte et Indépendante (CEMI), Expert National de la Commission Electorale Indépendante (CEI), Expert International en matière électorale de l’Organisation International de la Francophonie (OIF), Observateur Panafricain en matière électorale ;

Ancien premier vice-président et ancien secrétaire général adjoint de la commission épiscopale Justice et Paix de la République Centrafricaine, Ancien vice-président international de l’ONG française MIDADE et coordonnateur Régional du MIDADE Afrique Centrale, ancien responsable National adjoint du mouvement ACE-AITA KUE de Centrafrique, ancien responsable diocésain de la Jeunesse Etudiante Chrétienne (JEC) et ancien Responsable Fédéral du Mouvement ACE-AITA KUE de Bouar.

Prince BANDA

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires